PARTAGER

Le Théâtre national Daniel Sorano a accueilli mardi dernier la finale de la première édition du concours «Yakaar jeunes talents Rufisque». Initié par Optimiste produktions, ce concours a réuni des jeunes rappeurs rufisquois âgés de 16 à 25 ans. A la finale, 12 jeunes ont étalé leurs talents sur la scène de Sorano. Le meilleur, Big Mo, est parti avec le grand trophée, suivi de Young Deezy.

Youzy Killer, Mister Mass, Stopp Under, 2MT, El Diablo, Dozart, Ben Ouzny, Amdyfull, Thiano The Lion, Hara Well, Young Deezy, Big Mo : ils étaient douze à se succéder sur la scène de Sorano mardi dernier lors de la finale de la première édition du concours «Yakaar jeunes talents Rufisque». Issus tous du département de Rufisque et répartis en 3 poules, les 12 rappeurs finalistes ont donné le meilleur d’eux-mêmes, encouragés en cela par leurs supporters respectifs. Chacun n’avait que 10 minutes pour convaincre le jury. Youzy Killer, qui a ouvert la compétition, a lancé les hostilités dès son entrée. Suivi de Mister Mass, Stopp Under et 2MT. Ce dernier a enchanté le public sous sa toge de diplômé et ses talents de poète qui n’ont rien à envier à Ronsard. Il a chanté pour sa «Hélène», une fille qui malheureusement l’avait trompé. En passant, il a étalé toute la richesse culturelle de la ville de Rufisque, avec un décor fait de pirogue, de pêcheur, de calebasse et de séance de «ndeup» (Ndlr : Exorcisation). Tout cela, enrobé sous la voix de Khar Mbaye Madiaga, une icône de la musique sénégalaise, originaire de la même ville.
El Diablo, qui a introduit la seconde poule, a misé sur la sobriété : Enfilant son tengadé (Ndlr : Chapeau) son faarou mbam (Ndlr : habille) et ses tic-tics (chaussures), il s’est mis dans la peau du petit berger peulh pour mieux jouer son spectacle. Plus posé, Dozart a innové avec son style qui n’a rien à avoir avec le rap hardcore, les ego-trip et le bling-bling que les différents rappeurs avaient jusque-là servi au public. Avec son guitariste et son danseur, Dozart glissera quelques notes de soul, donnant un tout autre cachet au spectacle qui s’est poursuivi avec le passage de Amdyfull, enrayé par quelques soucis techniques et de la 3e poule : Thiano The Lion, Hara Well, Young Deezy, Big Mo. Lors de leur passage, Big Mo et Young Deezy ont conquis le public grâce à leurs talents hors du commun. Comme s’ils s’étaient passé le mot, le public poussait des cris d’hystérie dès qu’ils voyaient Big Mo sur scène. Et sous le regard attentif de son papa et de sa maman, le jeune homme de 16 ans dévoilera tout son talent, chauffant la salle comme jamais. Admiratifs, les membres du jury ont fini par lui décerner le trophée de la première édition du concours «Yakaar jeunes talents Rufisque» et Young Deezy, placé second, part avec le prix de l’encouragement.

Une carrière florissante s’ouvre pour l’as de Rufisque
Avec ce prix, Big Mo pourra poursuivre ses ambitions dans le milieu hip-hop. Il a d’ores et déjà la possibilité de signer avec le label Optimiste produktions pour la sortie d’un album accompagné d’une campagne promotionnelle, de s’offrir en outre 140 h de cours au pôle de formation Yakaar pour travailler sur des thématiques comme la scène, la préparation artistique et l’écriture. Il pourra également bénéficier d’une programmation au Festival international des musiques urbaines Yakaar en 2018, ainsi que sur d’autres festivals partenaires d’Optimiste produktions, à savoir le Festival Africa ryhtme en 2018 au Togo, le Festa2h 2018 à Dakar, au Festival G hip-hop en 2018 à Guédiawaye et le Festival Vsd 2018 à Dakar. En plus de tout cela, il fera partie de la compilation «Y» que réaliseront les 12 finalistes et dont la sortie est prévue ce 1er décembre. Une riche carrière s’ouvre ainsi pour ce jeune rappeur rufisquois de 16 ans.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here