PARTAGER

Ce que les Lions voulaient éviter va finalement se produire avec cette «finale» du Groupe H qui va les opposer à la Colombie. Le nul (2-2) concédé face au Japon est passé par là. Du coup, et au vu du style guerrier des «Cafe­teros», c’est à une vraie bataille que la bande à Sadio Mané doit s’attendre ce jeudi, à Samara.

L’objectif des Lions au sortir de leur succès précieux (2-1) devant la Pologne était simple : Battre le Japon afin d’éviter un match-couperet contre la Colombie. Finalement ce que les hommes de Aliou Cissé redoutaient va se produire avec cette «finale» de feu du Groupe H qui va les opposer aux Colombiens, ce jeudi. Le nul (2-2) concédé face au Japon est passé par là. Du coup, la bataille de Samara aura bien lieu. En clair, le Sénégal va devoir batailler jusqu’au bout pour valider son billet pour les 8es de finale du Mondial 2018.

Avantage de la première place : revenir à Moscou
A voir la manière utilisée par les «Cafeteros» pour doucher la Pologne (3-0), on s’imagine que la bande à Sadio Mané va vers un match difficile et compliqué. Surtout par rapport à l’enjeu avec comme objectif la première place. Une première qui aura un avantage certain pour les Lions qui pour leur match des 8es de finale vont revenir jouer au stade du Spartak de Moscou qu’ils connaissent bien et qui n’est pas loin de Kaluga, leur camp de base. Et pour y arriver un nul leur suffit.

La patte gauche de James, l’opportunisme de Falcao et la vitesse de Cuadrado
Mais pour atteindre cet objectif, il faudra face aux Colombiens montrer un visage beaucoup plus conquérant que celui affiché contre les Japonais. Car le jeu fourni par les coéquipiers de James Rodrigues contre les Polonais a fini de montrer leur détermination à refaire leur retard suite à leur début raté contre le Japon (1-2). C’est en effet de vrais guerriers que la Colombie a alignés contre la Pologne et ce devrait être la même chose face aux Sénégalais qui doivent se préparer à une vraie «guerre» jeudi à Samara. D’où l’importance pour «Coach Cissé» de miser sur des combattants.
Mais en face, il n’y aura pas que des guerriers. Il va falloir aussi veiller sur les qualités techniques innées chez les équipes sud-américaines. Entre la patte gauche de James, l’opportunisme de Falcao et la vitesse de Cuadrado, les Lions devront faire preuve de vigilance et surtout d’agressivité. D’ailleurs le sélectionneur donne le ton. «Contre la Colombie, on a besoin de jouer sur l’impact. On a besoin d’être une équipe agressive, de monter sur le porteur du ballon. Il faut beaucoup plus de concentration, de rigueur. Dans la progression du jeu, nous devons être mieux que ça. On a su très bien le faire contre la Pologne. Il y a eu trop de déchets techniques sur ce match contre le Japon», déplore Aliou Cissé qui pousse ainsi ses poulains à retenir les enseignements du nul face aux Nippons.

Vers un retour à un 4-4-2
Et justement à ce niveau, le sélectionneur devrait apporter quelques correctifs surtout au milieu de terrain où l’entrée de Pape Alioune Ndiaye n’a rien apporté. Suffisant pour revenir au système de 4-4-2 (fatal aux Polonais) avec deux récupérateurs dans l’entrejeu, deux excentrés et deux pointes devant. Un dispositif qui devrait arranger justement Mbaye Niang mal à l’aise seul en pointe. Un système aussi qui devrait offrir l’occasion à certains «coiffeurs» comme Diafra Sakho ou Diao Baldé de faire leur premier pas dans ce Mondial russe. Au «Coach Cissé» de jouer…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here