PARTAGER

De 1966 à nos jours, la Banque européenne d’investissement a contribué au financement de 41 projets pour un volume de 640 millions d’euros, soit plus de 419 milliards de francs Cfa, d’après François Xavier Parent, chargé d’opération pour le secteur public au Sénégal au sein de la Bei.

La Banque européenne d’investissement fait partie des bailleurs-clés pour soutenir les stratégies à long terme de développement du Sénégal, selon François Xavier Parant, chargé d’opération pour le secteur public au Sénégal au sein de la (Bei), qui à la tête d’une délégation, visitait hier, certains projets dans lesquels la Banque européenne intervient. Et d’après le responsable du secteur privé, de 1966 à nos jours, la Bei a contribué au financement de 41 projets pour un volume de 640 millions d’euros, soit environ 419,2 milliards de francs Cfa.
La Bei intervient dans le projet Bus rapid transit (Brt) Dakar dans lequel elle compte injecter 80 millions d’euros, environ 52,4 milliards de francs Cfa, via l’Agence française de développement et la Banque mondiale, mais également dans le secteur hydraulique.
«Le projet Brt/Dakar va permettre d’avoir une mobilité urbaine plus inclusive socialement et plus écologique en pensant au réchauffement climatique. Concernant l’eau, la Bei a pu accompagner plusieurs opérations comme le Programme eau potable en milieu urbain, qui a été réalisé et soutenu à hauteur de 15 millions d’euros. Le projet Kms 3, qui est en cours de réalisation, va permettre d’augmenter la capacité en eau potable de la ville de Dakar», soutient M. Parant.
Mieux ajoute Charles Fall, Directeur général de la Sones, ce projet qui est réalisé avec une forte contribution de la Bei, «va profiter aux 14 régions du pays et à 600 mille personnes et permettra d’atteindre l’accès universel de l’eau».
Mais malgré ce qui a été fait,  les enjeux sont encore multiples. «Les projections montrent que la population risque d’augmenter à 50% d’ici 2035. Et Dakar, Thiès et la Petite-Côte, c’est 80% de nos besoins. C’est dans ce sens que la Bei nous accompagne sur la demande de l’Etat du Sénégal dans la construction d’une nouvelle usine qui va augmenter de façon considérable la production en eau», souligne le Dg de la Sones, selon qui,  la mise en œuvre du Kms3 aura lieu à la fin de l’année 2020. Pour un coût global de 275 milliards de francs, Bei, dit-il, a contribué à hauteur de 65 milliards de francs.
Ainsi déclare François Xavier Parant, «la Bei soutient le Sénégal de façon très particulière. Nous avons une palette de projets à hauteur de 450 millions d’euros pour soutenir la deuxième phase de Pse». En ce sens, cinq signatures de convention sont prévues aujourd’hui.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here