PARTAGER

La Délégation générale à l’entreprenariat rapide pour les femmes et les jeunes (Der/fj) est dans sa phase active. Elle n’attend plus que les projets bancables et éligibles pour libérer les fonds. Le Délégué général de ce nouvel instrument d’appui à l’entreprenariat des jeunes et des femmes du Sénégal était à Vélingara, samedi passé, pour échanger avec les populations de ce département de la région de Kolda, «grâce à l’insistance du député-maire, Mamadou Oury Baïlo Diallo.» Le Dg Papa Amadou Sarr, qui faisait face à quelque 200 citoyens de toutes les communes du département, a déclaré : «Annuellement, le chef de l’Etat, avec le consentement de l’Assemblée nationale, a décidé de mettre à la disposition des jeunes et des femmes du département de Vélingara, plus de 350 millions de francs Cfa pour financer leurs projets. Pour les jeunes, il faut être âgé de moins de 40 ans, alors que pour les femmes, il n’y a pas de limite d’âge. Et tenez-vous bien, ce montant est à récupérer d’ici décembre prochain.»
Un autre fonds devra être voté pour l’année prochaine. Les secteurs d’activités éligibles sont la pêche, l’agriculture, l’horticulture, l’élevage, le transport et l’économie numérique.  Il donne ce conseil : «Faites de grands projets pour consommer la totalité de ce montant d’ici décembre, sinon il sera reversé dans d’autres localités.» Toutefois, ce montant de 350 millions est réparti entre les différentes communes. Ainsi la commune de Vélingara se taille la part du lion avec 35 millions de francs Cfa puis viennent Médina Gounass, avec 32 millions et Diaobé, 30 millions de francs. Au même moment, certaines autres vont se contenter de juste 3 millions de francs Cfa ou 6 millions. Des disparités que M. Sarr explique : «Nous nous sommes référés à l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) pour déterminer le montant selon la taille de la localité et sa population éligible.»
Le maire de Vélingara, Mamadou Oury Baïlo Diallo, s’est réjoui des facilités d’accès à ces fonds, «sans apport ni garantie préalables pour les prêts inférieurs ou égaux à 500 000 francs Cfa et qui ciblent les couches de population qui en ont le plus besoin, notamment les jeunes et les femmes». Puis de donner cette garantie : «Soyez rassurés, M. le Dg, à Vélingara le taux de remboursement sera meilleur que partout ailleurs au Sénégal.» Une équipe de la Der/fj est sur place pour quelques jours pour élaborer gratuitement des idées de projet.
akamara@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here