PARTAGER

Les entreprises turques au Sénégal n’ont pas entendu l’appel du chef de l’Etat, ni vu le mouvement général de solidarité.

La lutte contre le coronavirus avec la mise en place du Fonds Force Covid19, voit chaque jour se manifester des gestes de solidarité nationale de la part des particuliers, mais aussi, plus spécialement, de certaines grandes entreprises ayant pignon sur rue au Sénégal. Tout le monde a vu les efforts accomplis par des entreprises comme ceux du Groupe Mimran, qui ont débloqué plus d’un 1,5 milliard en finances et en produits de toutes sortes. De nombreuses autres structures ont fait des efforts, même si on a eu à dénoncer l’artifice d’une structure comme Sonatel Orange, qui a casqué 250 millions de Cfa, et voulu faire croire qu’elle avait déboursé plus d’un milliard de Cfa. Alors que même si cela était vrai, cela n’aurait rien représenté par rapport aux centaines de milliards de bénéfices que l’opérateur engrange au Sénégal et dans certains pays de la sous-région.
Mais cette attitude de la Sonatel, aussi scandaleuse qu’elle soit, est dans la droite ligne de plusieurs filiales des grands groupes capitalistes dans ce pays. Il a fallu que Macky Sall tape du poing sur la table, pour que les structures du secteur minier augmentent un zéro à leur chèque de 50 millions de Cfa. Ce qui en soi, est déjà une broutille par rapport à ce que rapporte l’extraction de l’or seul, dans ce pays. Et les 500 millions de francs Cfa sont l’équivalent de la contribution du seul patron des Ciments du Sahel, M. Laayousse. Ce qui veut dire que les autres cimentiers, Sococim et Dangote, auraient pu faire un effort conséquent s’ils l’avaient voulu.
La Sococim, qui se vante d’assister les villes de Bargny et Rufisque, dont son usine est à cheval, ne se distingue pas particulièrement par ses efforts de Rse dans ces deux communes. Cela se remarque même par la qualité déplorable des voies conduisant à ladite usine, qui commencent à se dégrader du fait de la négligence des camions poids lourds qui transportent les marchandises du cimentier. Un entretien de cette voie aurait pu constituer un bon apport supplémentaire à la Force Covid19.
Malheureusement, quand on parle des entreprises étrangères et de leurs «exploits», il y a toujours une qui dépasse l’autre en termes de comportement.
Ainsi, qui a entendu parler ou vu la participation des entreprises turques ? Nombreux sont les ressortissants du pays de Erdogan venus se faire leur beurre dans ce pays. Au point que l’on a le sentiment, quand on parle des réalisations du Pse, de citer les œuvres turques. Summa et son associée Limak, ont gagné les marchés du futur stade Olympique de Diamniadio. Elles avaient déjà réalisé sur le même site, le Dakar Arena, le Cicad, le Radisson, le Dakar Expo Center, sans compter que les deux entreprises cogèrent l’Aibd, dont la finition leur avait été dévolue, au point de donner un nom turc au plus grand salon d’honneur de l’aéroport. Tous ces marchés publics représentent des montants équivalant presque à la somme recherchée pour le Fonds Covid19. Mais cela les a-t-il poussées à être généreuses envers le pays qui fait leur bonheur ? Le Quotidien a demandé hier à un responsable de la communication de ces entreprises quelle a été la part des Turcs à l’effort de l’Etat. Jusqu’au bouclage hier, la réponse n’était pas tombée. Pourtant, même les Chinois, aussi pingres fussent-ils, ont fait un effort et apporté leur part…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here