PARTAGER

A une semaine de la troisième Conférence sur la reconstitution des Fonds du partenariat mondial pour l’éducation, une rencontre internationale co-parrainée par le Sénégal et la France, les deux pays ont magnifié leur coopération bilatérale à travers l’inauguration du lycée de Sinthiou Bamambé. C’était sous la présence du ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, et de l’ambassadeur de France à Dakar, Christophe Bigot. Le lycée a été financé par le Programme d’appui aux initiatives de solidarité pour le développement (Paisd), avec la participation de l’Association pour le développement de Sinthiou Bamambé en France (Adebsa).
Répondant aux normes et standards de qualité, le lycée, construit sur une superficie de 2 ha, est constitué d’un bloc pédagogique de 8 salles de classe, un bâtiment administratif, d’une bibliothèque et d’une salle informatique ainsi qu’un bloc sanitaire, un plateau sportif multifonctionnel, une loge de gardien. Les équipements prévus comprennent le mobilier, les matériels informatique et de laboratoire. Le soutien financier du Paisd s’élève à environ 100 millions de francs Cfa, soit 60% du coût global. Alors que le Conseil départemental des Yvelines a également participé à hauteur d’environ 10 millions F Cfa.
Ce lycée vise à consolider la qualité de l’éducation dans ce village où a vu le jour le ministre de la Formation professionnelle, Mama­dou Talla, dont le parcours a été salué par le ministre de l’Education nationale. «Nous, ses collègues ministres, pouvons témoigner de son professionnalisme, de son humilité et de l’engagement avec lequel, il conduit la mission que le chef de l’Etat lui a confiée», témoigne Serigne Mbaye Thiam, devant plusieurs parents, proches, amis, militants et alliés de Mamadou Talla. Il poursuit pour saluer cet investissement : «Cette initiative de l’Adebsa, appuyée par le Paisd, est parfaitement alignée aux objectifs du Plan Sénégal émergent qui constitue l’expression des ambitions que porte le Président Macky Sall pour le Sénégal. C’est dans ce cadre que le Gouvernement du Sénégal, à travers le Programme d’amélioration de la qualité de l’équité et de la transparence (Paquet), réalise des programmes d’infrastructures scolaires pour la promotion de l’accès à une éducation de qualité dans toutes les régions du Sénégal afin de corriger les disparités existantes.  «Elles se traduisent par les investissements consentis dans la région de Matam où l’Etat a injecté 7, 955 milliards F Cfa entre 2012 et 2017. Ils ont permis de construire 558 salles de classes, de réhabiliter et d’étendre 35 écoles élémentaires complètes, de réaliser 93 ouvrages annexes constitués de blocs d’hygiène, administratifs, de murs de clôture et de points d’eau. Sans oublier la construction et la réhabilitation-extension de 16 Cem, la construction de 9 lycées, la mise à niveau de 3 daaras, la construction d’un bloc scientifique et technologique. «Je voudrais, au-delà de votre engagement pour relever les performances de vos élèves, vous inviter à une mobilisation sans faille autour de cette infrastructure de qualité en assurant sa maintenance et son entretien. Il faudra toutes les mesures nécessaires pour faire de cette école, un espace sécurisé, saint et propice au plein épanouissement des corps et des esprits de nos chers enfants.» En écho, Mamadou Talla embraie : «Je suis là en tant que membre de l’Association pour le Dévelop­pement de Sinthiou Bamambé et c’est à ce titre que je parle pour exprimer toute ma satisfaction sur la réalisation d’un tel joyeux car conscient du rôle que peut jouer l’éducation pour le développement d’une Nation. J’appelle les élèves à se mettre au travail et j’exprime mon souhait de voir dans les prochaines années, des ingénieurs, des médecins, beaucoup de cadres, des directeurs généraux, des ministres sortir de cette école inaugurée ce jeudi 25 janvier 2018.»

Monsieur Bigot a rappelé que son prédécesseur, Jean-Félix Pa­ganon, avait procédé à la pose de la première pierre du lycée de Sinthiou Bamambé, date qui coïncide avec l’attentat le plus meurtrier de l’histoire en France. Plus de 100 personnes tuées dans plusieurs fusillades et explosions qui avaient lieu à Paris et à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), près du Stade de France. Ainsi, selon le diplomate Français, cela symbolise beaucoup de choses pour lui de venir deux ans plus tard à Sinthiou Bamambé et se rappeler à quel point l’éducation peut être le pilier de toute action pour lutter efficacement contre l’extrémisme violent, puisque, l’éducation, c’est du savoir, mais aussi des valeurs qui sont transmises.
D’après Christophe Bigot, Sin­thiou Bamambé est «un village chéri du Paisd puisque la localité a bénéficié de l’aide pour une école primaire mais aussi d’adduction en eau potable». Selon lui, le Paisd a, dans ses interventions avec la participation de la diaspora, réalisé 405 salles de classe, 16 lycées, 18 collèges, 29 écoles primaires pour près de 22 mille élèves dans neuf départements du Séné­gal.
d.dem@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here