PARTAGER

En marge d’une réunion de sensibilisation sur le Domaine agricole communautaire (Dac) de Notto Diobass entre le Conseil municipal, les responsables du Dac et le conseil communal de la jeunesse de Notto Diobass, les jeunes ont dénoncé les lenteurs notées dans le financement du projet prévu dans leur localité.
Un an après le lancement en grande pompe, des travaux d’aménagement du Domaine agricole communautaire (Dac) de Notto Diobass prévu sur une superficie de 2 500 ha, par le ministre-maire, Alioune Sarr, les financements tardent à être effectifs. Selon Pathé Mbaye, président du Conseil communal de la jeunesse de Notto Diobass, les jeunes ont été très surpris de constater en avril dernier, que le financement du Dac de leur localité, d’une enveloppe de 5 milliards de francs Cfa, ne figure pas sur la liste des quatre nouveaux Dac qui seront financés par la Banque islamique de développement (Bid) à hauteur de 47 milliards de francs Cfa. Il s’agit des Dac de Boulel à Kaffrine, de Niombato à Fatick, de Dodji à Louga et de Fafacourou à Kolda, qui figurent dans la deuxième phase du Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac). S’exprimant en marge d’une rencontre de sensibilisation des jeunes de Notto sur le Dac, en collaboration avec les responsables du projet, Pathé Mbaye de lancer ainsi un appel au président de la République pour «diligenter le financement du Dac de Notto pour qu’ensemble, nous puissions réaliser l’émergence de Diobass en particulier et du Sénégal en général». Car, indique-t-il, depuis le lancement du Dac, les populations sont mobilisées autour du projet pour sa réussite.
En réponse à ces interpellations, le ministre du Commerce, du secteur informel, de la consommation, de la promotion des produits locaux et des Pme, Alioune Sarr, assure que «le Dac de Notto, comme tout projet, a des procédures qui sont mises en œuvre. Il  y a eu une mission de reconnaissance avec le Prodac et le génie militaire pour la piste qui doit être faite à Keur Ibra Niane, Bousnakh,… C’est une piste d’une quinzaine de km qui doit être construite pour décloisonner les villages concernés par le Dac. Il y a aussi les forages qui doivent être également construits et qui sont réalisés par le génie militaire. Les procédures sont en cours, notamment celles du financement pour que le Dac puisse démarrer dans les meilleurs délais.» Le maire de Notto Diobass estime que «d’ici le mois de juin, les travaux des forages vont démarrer. Et ces travaux vont déclencher l’ensemble des autres opérations. Une fois que les deux forages seront construits, il est prévu, dans un premier temps, d’aménager 3 ha pour une production locale qui permettra déjà de tester le sol et certains nombres de variétés». Des questions qui, selon le ministre, ont été abordées avec les jeunes. «C’est un travail de sensibilisation, d’incitation et d’appropriation par les populations de Diobass qui est aujourd’hui, en cours. Et la réunion avec le conseil local de la jeunesse et le conseil municipal va permettre aux populations de s’approprier ce programme extrêmement important qui va permettre à la localité de se développer sur le plan économique. Parce qu’à terme, c’est plus de 7 000 emplois qui sont prévus dans ce Dac», souligne Alioune Sarr.
Ce projet sera approprié par la jeunesse de Diobass, selon le président du Conseil communal de la jeunesse de Notto Diobass, Pathé Mbaye, car, estime-t-il, «ce sera un joyau. Toutes les localités veulent un Dac ; si ici à Notto, nous avons eu la chance d’en bénéficier, nous ne pouvons que nous en féliciter». A ce titre, il fera noter que depuis le lancement du projet à Diobass, «les jeunes se sont impliqués dans la sensibilisation d’abord, puis dans la mobilisation pour que les gens puissent comprendre le projet, parce que ce n’est pas évident avec 2 500 ha. Il y a des réticences quelque part dans les localités où le Dac doit être implanté. Mais aujourd’hui, les populations à l’unanimité, ont accepté le projet. Nous travaillons en parfaite collaboration avec les autorités pour que toute la population puisse porter le projet». Pathé Mbaye n’a pas aussi manqué de soulever la lancinante question de l’emploi des jeunes. Pour lui, «les jeunes de Diobass doivent pouvoir être massivement, employés au niveau du Dac à travers les groupements d’entrepreneurs agricoles».
Revenant sur la situation du Dac de Notto, le chef du projet, Abdou Karim Goudiaby, fera savoir pour sa part, qu’une caravane dans les villages de Diobass, un forum communautaire et une visite de partage et d’échanges au Dac d’Itato, sont prévus pour permettre aux populations de mieux s’imprégner du projet.

nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here