PARTAGER

Dans le cadre du financement du Train express régional (Ter), le Sénégal a mobilisé 129,6 milliards de francs Cfa de la France. Ce montant dont les accords ont été signés hier par le ministre des Finances Amadou Ba est destiné à l’acquisition du matériel roulant ferroviaire et le ripage/renouvellement de la voie métrique.

Belle moisson pour Amadou Ba. Dans le cadre d’une visite à Paris, le ministre de l’Economie, des finances et du plan a paraphé hier deux accords de financement. Le 1er, selon un communiqué de son département, «a été signé avec son homologue français Michel Sapin. Il porte sur un montant de 63 milliards 175 millions de francs Cfa et concerne un protocole financier conclu entre l’Etat du Sénégal et la République française à travers le Trésor français. Le 2nd accord finalisant la convention avec l’Afd a été signé avec le directeur général de l’Agence française de développement, Rémy Rioux, pour un montant de 66,5 milliards de francs Cfa. Ces deux  accords d’un montant global de 129,6 milliards de francs Cfa sont destinés à l’acquisition du matériel roulant ferroviaire et le ripage/renouvellement de la voie métrique dans le cadre du projet de Train express régional (Ter) entre Dakar et Diamniadio».
Amadou Ba a rappelé, selon le document, «l’importance du partenariat entre le Sénégal et l’Afd, avec laquelle 21 conventions ont été signées pour la mise en œuvre du Pse depuis la tenue du Groupe consultatif à Paris en février 2014, pour un montant total de 366 milliards de francs Cfa, soit un taux de concrétisation des engagements de la coopération française de 130%». Le ministre français de l’Eco­no­mie et des finances, quant à lui, «a salué le mécanisme de con­currence clair mis en œuvre dans l’attribution des marchés du Ter, au terme duquel des entreprises françaises ont été retenues…».
Le ministre sénégalais des Finances avait à ces côtés Mansour Elimane Kane, ministre des Infrastructures, des trans­ports terrestres et du désenclavement. Ce dernier «a aussi signé un avenant au protocole d’accord avec le groupement Société nationale des chemins de fer français/Régie autonome des transports parisiens (Sncf/­Ratp) portant préparation de l’exploitation et de la maintenance du projet Ter et création d’un centre de formation dédié à la mobilité urbaine. L’Etat du Sénégal confiera l’exploitation et la maintenance du Ter au groupement Sncf/Ratp, constitué sous la forme d’une société de droit sénégalais, à travers un contrat d’exploitation et de maintenance d’une durée minimale de cinq ans».
D’après le communiqué, «le secrétaire général de la Sncf, Stephan Volant, a fait remarquer que ce sera le 1er Ter réalisé en Afrique et rappelé qu’une école de formation ferroviaire sera créée au Sénégal au terme du processus. Le projet du Ter est exécuté par l’Apix».
En marge des réunions de printemps du Fmi et de la Banque mondiale, Amadou Ba a signé vendredi dernier, avec le Fonds saoudien de développement, une convention de prêt d’un montant de 34,496 mil­liards de francs Cfa. Ce prêt est destiné à financer le projet de réhabilitation de la route Tam­bacounda-Goudiry.
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here