PARTAGER
Dg Cmu

La Couverture maladie universelle (Cmu) veut inaugurer une nouvelle ère dans la collecte de l’argent. Elle a mis en place un dispositif, qui va permettre aux populations de pouvoir payer leurs cotisations via leurs téléphones ou par le biais des prestataires, qui travaillent dans le domaine du transfert d’argent.

L’Agence de la couverture maladie universelle (Acmu) a mis en place un Centre de traitement monétique (Ctm). Le Ctm offre une plateforme technique aux différents opérateurs monétiques existants, une intégration cohérente des besoins de la Cmu à leurs clients. Ainsi, la Cmu rompt d’avec la méthode traditionnelle, qui consiste à demander aux gens qui souhaitent adhérer ou cotiser dans les mutuelles une présence physique pour déposer l’argent ou alors qu’une personne de la mutuelle fasse le tour des villages pour collecter des cotisations. Le nouveau dispositif de collecte permet aux Sénégalais de cotiser via leurs téléphones portables ou de le faire en allant vers les prestataires, qui travaillent dans le domaine du transfert d’argent et ceux qui travaillent dans le secteur du portefeuille monétique.
Un dispositif de collecte «moderne», «sécurisé», «organisé» et «performant», selon le directeur de la Cmu qui souligne le franchissement d’une étape «importante» pour la Cmu. «L’objectif de l’Agence, c’est de permettre aux Sénégalais de se faire soigner dans de meilleures conditions mais aussi d’utiliser les moyens modernes pour permettre à tout un chacun de cotiser facilement.» Le Ctm offre également des perspectives intéressantes pour les Sénégalais de la Diaspora. A en croire Seydi Ababacar Mbengue, il donne l’opportunité à une personne vivant en Italie de verser une contribution pour les membres de sa famille au Sénégal simplement en allant déposer l’argent chez un opérateur de transfert d’argent ou en en utilisant son porte-monnaie électronique. «Nous avons associé ces Sénégalais, car nos compatriotes de la Diaspora couvrent les frais de santé des membres de leurs familles», relève le directeur général de la Cmu.
Cette plateforme est arrivée au moment où la Cmu a couvert l’ensemble du pays avec 671 mutuelles de santé installées dans les 652 communes du pays. Mais, le travail ne fait que commencer pour le patron de la Cmu. Car pour faire fonctionner ces mutuelles, il faudra une inscription massive des populations. C’est pourquoi l’Agence de couverture maladie a décidé dans les prochains jours de lancer une grande campagne de communication. L’objectif étant, selon le patron de l’Agence, d’arriver à enrôler le maximum de Sénégalais et d’atteindre les 75% de taux de couverture en décembre 2017.
Il faut rappeler que la Couver­ture maladie universelle a été lancée par le Président Macky Sall le 20 septembre 2013 dans le but de rendre facile l’accès aux services de santé. Elle a initié la gratuité chez les enfants âgés de 0 à 5 ans, redynamisé le plan Sé­same et a rendu gratuite la dialyse. L’agence, pour relever le taux de couverture, prévoit de lancer un programme avec les élèves en partenariat avec le ministère de l’Education nationale.
Le directeur général a profité de cet atelier de partage avec les prestataires de moyens de paiement électroniques pour lancer un appel aux maires pour leur accompagnement. Il a annoncé un Forum national dans le premier trimestre de la prochaine année pour un partenariat avec les collectivités locales. Il a cité l’exemple du maire de Dakar, qui a décidé d’équiper l’Union départementale des mutuelles de santé de Dakar, également celui du maire de Thiès qui a promis d’octroyer 15 millions de francs Cfa à la Cmu. Des actions saluées par le Dg, qui souhaite plus d’actions de ce genre de la part des maires, car pour lui la Cmu est l’affaire de la Nation.
 ndieng@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here