PARTAGER

Le budget de la Chambre des métiers de Diourbel pour l’exercice 2019 a connu une augmentation par rapport à l’année précédente. La particularité de Diourbel, c’est que les artisans rechignent à payer les prêts qu’ils ont contractés au niveau de certaines institutions financières et cela, au grand dam du président qui a exprimé toute son inquiétude sur ce manquement.

Les membres de la Chambre des métiers de la région de Diourbel ont procédé hier au vote de leur budget pour 2019. Lequel tourne autour de 57 millions 263 mille 020 F Cfa, avec une légère hausse sur l’année précédente. L’opportunité a d’ailleurs été saisie par le président de ladite structure pour inviter les artisans à rembourser les prêts contractés au niveau de certaines institutions financières. Le non-paiement risque de plomber beaucoup d’initiatives et exclure les nouveaux adhérents qui souhaiteraient pouvoir en bénéficier.
Massamba Thiam, président de la Chambre des métiers qui s’exprimait en marge du vote du budget, a confié : «Nous rencontrons d’énormes difficultés en ce qui concerne les financements. L’Etat avait dégagé 300 millions F Cfa, logés dans une banque de la place, mais certains artisans ne veulent pas rembourser, une fois crédités. Une situation qui entraîne de nombreuses difficultés, alors qu’il y a une deuxième tranche de financement qu’ils devront recevoir.» Le président de la Chambre des métiers a poursuivi : «Nous attendons une deuxième tranche de 200 millions F Cfa qui traîne toujours parce que les gens ne veulent pas rembourser. Alors que la banque nous a clairement dit qu’il faut que ces gens paient pour que nous puissions bénéficier de cette nouvelle enveloppe.» Visiblement très remonté contre les artisans bénéficiaires de prêts, Massamba Thiam a menacé d’ester en justice contre les mauvais payeurs : «Ces prêts non remboursés datent de 2015. Cette situation est vraiment déplorable. S’ils ne paient pas, ils risquent de s’exposer à la justice.»
Revenant sur le vote dudit budget, M. Thiam a rappelé que le Conseil sénégalais des chargeurs (Cosec) a subventionné les cartes à hauteur de 2 millions de F Cfa. Massamba Thiam expliquera que, «contrairement à l’an passé où on avait reçu la subvention de l’Etat en juillet, cette année nous l’avons reçue tôt. Et c’est une somme de 13 millions 039 mille F Cfa». L’occasion a été aussi saisie par le président de la Chambre des métiers de Diourbel pour signaler qu’en dehors des financements, l’encadrement des artisans constitue une priorité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here