PARTAGER

Le Programme intégré de développement économique et social (Pides) a financé 1 530 projets situés essentiellement dans les régions de Kaolack et Dakar. C’est ce qu’a fait savoir hier Aïssatou Ayo Ba Diop, coordonnatrice du Programme d’appui au développement économique et social du Sénégal (Padess).


Le Programme intégré de développement économique et social (Pides) a pu financer 1 530 projets dans les régions de Kaolack et de Dakar parmi lesquels 1 209 sont individuels et 321 autres collectifs ; le tout pour un montant global de 1 milliard 400 millions 354 mille 447 francs Cfa, a déclaré hier Mme Aïssatou Ayo Ba Diop, coordonnatrice du Programme d’appui au développement économique et social du Sénégal (Padess).
Elle présentait le bilan des réalisations du Pides au cours de l’atelier technique de capitalisation des expériences et bonnes pratiques issues de la mise en œuvre dudit programme. «C’est à travers la mise en place d’une ligne de crédit destinée à financer des initiatives qui émergent au niveau local que ces projets ont été financés. Cela a aussi été possible grâce aux dispositifs d’accompagnement et aux partenaires», a-t-elle expliqué. Ce qui est à retenir également en termes de réalisation, c’est le renforcement de capacités des femmes et jeunes pour prendre en charge leur destin dans une perspective d’autonomisation et de développement de leur potentiel d’initiative.
Les bénéficiaires du programme qui participaient au séminaire ont loué et applaudi le bilan du Pides. «Je confirme que les financements et lignes de crédit sont réels. Des salles de classe, des blocs sanitaires ont été aussi réalisés dans la commune par le Pides», s’est félicité Abdoulaye Ba, maire de Nioro du Rip. Il n’a pas manqué d’ajouter que sa commune a beaucoup bénéficié du Pides. «Nous sommes une zone pauvre, mais maintenant nous sommes vraiment sur une rampe de développement», a-t-il assuré.
Pour Amy Mbodj, représentante du maire de Kaolack, avec le Plan de développement communal (Pdc) qui a été pris en charge par le Pides, l’ensemble des populations de Kaolack ont vu leur participation sur le plan social et économique. Concernant les réalisations, «des maternités ont été créées dans les zones les plus reculées de la région».
En effet, le Pides est à sa phase finale. Ainsi, dans le cadre de l’exécution de son plan de clôture, un atelier technique de capitalisation des expériences et bonnes pratiques issues de la mise en œuvre du programme a été initié. Il permettra, est-il dit dans un document remis à la presse, d’échanger sur les bonnes pratiques et leçons apprises, enregistrées par le Pides en vue de leur vulgarisation et implémentation à travers de nouvelles initiatives en matière de lutte contre la pauvreté, protection sociale et développement local. Il regroupe toutes les parties prenantes du programme, notamment les experts du ministère de la Femme, de la famille et du genre, du ministère de l’Economie, des finances et du plan, de la Coopération italienne ainsi que les partenaires d’exécution du niveau opérationnel.
Faudrait-il le rappeler, le Programme intégré de développement économique et social qui est une initiative du gouvernement du Sénégal est un instrument d’opérationnalisation de l’Initiative nationale pour la protection sociale (Inps). Son objectif est de contribuer au développement économique et social des régions cibles, à savoir Dakar et Kaolack, en tenant compte des relations de genres qui sont des rapports sociaux de pouvoirs entre hommes et femmes et déterminent le mode d’accès aux services et ressources ainsi que les capacités de décision à différents niveaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here