PARTAGER

Ousmane Diop et Aliou Ba encourent 6 mois de prison ferme pour les délits d’association de malfaiteurs, charlatanisme et escroquerie. Ils ont usé de «manœuvres mystiques» pour soutirer 300 mille francs Cfa à une dame.

Il est difficile d’établir la liste des Sénégalais victimes des manœuvres d’inconnus croisés dans la rue. La méthode utilisée par ces individus dépasse le rationnel. En effet, ils usent de pouvoirs mystiques pour dépouiller d’honnêtes citoyens de leurs biens. Hier, les prévenus Ousmane Diop et Aliou Ba ont été devant le juge pour des faits similaires. Leur dernière proie, la dame Aminata Faye. Elle a eu le malheur de croiser leur chemin le jour des faits vers le rond-point Jet d’eau. Elle quittait Bène Tally pour se rendre à Grand Dakar. En cours de route, Aminata Faye a été abordée par un nommé Oumar. Il demande à la femme si elle connaissait l’adresse d’un de ses parents. Après avoir répondu par la négative, elle poursuit son chemin. Loin d’abdiquer, l’homme revient à la charge en compagnie de son supposé acolyte. Ils demandèrent à la dame de les aider parce que, disent-ils, ils ne se comprenaient pas, car l’un ne s’exprime qu’en wolof et l’autre seulement en français. Après les discussions, Oumar demande à la victime de tendre la main afin de lui formuler des prières en guise de remerciements.
Toujours selon les détails du procès-verbal, à la suite de ces incantations, Aminata Faye a perdu tout discernement. Elle s’offre ainsi au duo sans s’en rendre compte. Oumar lui dira qu’elle dispose de 500 mille francs Cfa dans son compte logé au Crédit mutuel. Comme poussée par des êtres surnaturels, elle se précipite vers le siège le plus proche pour effectuer un retrait. Sur place, l’agent signalera au titulaire qu’elle ne peut récupérer que 300 mille francs Cfa. Montant qu’elle remettra à sa sortie de l’agence aux mis en cause qui l’attendaient à distance. Avant de se séparer, Ousmane Diop remet une sorte de pierre à la dame et lui suggère de ne pas se retourner jusqu’au Jet d’eau. Des mots qui sont tombés dans l’oreille d’un passant qui était avec son ami. A peine la dame et ses bourreaux séparés, le témoin presse le pas et tient Aminata Faye par la main. Une action salvatrice ! Elle retrouvera automatiquement ses esprits en se rendant compte qu’elle a été victime de charlatanisme. Entre-temps, les deux hommes tentent de filer à l’anglaise. Ils seront vite rattraper grâce à la clameur publique.
Devant les enquêteurs, ils seraient passés aux aveux. «J’ai connu Ousmane une semaine auparavant. Il m’a signalé qu’il a un filon qui peut rapporter beaucoup plus d’argent que son commerce», aurait reconnu Aliou Ba en instruction et à l’enquête préliminaire. A la barre, tous les deux ont nié les faits. Ils disent avoir été torturés par les policiers jusqu’à reconnaître les faits. A la question du ministère public s’ils avaient été frappés par le procureur qui les a interrogés en premier, ils ont répondu par la négative. Pour le maître des poursuites, l’association de malfaiteurs «ne souffre d’aucun doute dans la mesure où ils se sont concertés au préalable». Il ajoute que les faits d’escroquerie sont aussi établis parce que, dit-il, les prévenus ont usé de manœuvres mystiques. Ils ont réussi, selon lui, grâce à des prières malveillantes. Le procureur a requis 6 mois de prison ferme contre tous les deux. Délibéré fixé aujourd’hui.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here