PARTAGER

Les artisans de la ville de Ngaye Mékhé exposent depuis hier à la Place du Souvenir africain pour trois jours. A l’ouverture de cette 2e édition qui offre divers produits artisanaux faits à Mékhé, ce n’était pas le grand rush.

Un vent frais caresse le visiteur qui, au-delà des stands, a une magnifique vue sur l’océan atlantique. Nous somme à la Place du Souvenir africain qui abrite la 2e édition de la Foire des artisans de Ngaye Mékhé, commune réputée pour ses produits artisanaux. Le temps est clément sur ce site stratégique aménagé pour la circonstance juste à l’entrée de la place. Il est ouvert à tous les passants de la corniche ouest qui mène vers les quartiers huppés et résidentiels de la capitale sénégalaise. Ac­crochés sur les rebords des stands et exposés sur des tables, des produits fabriqués dans la commune de Ngaye, département de Tivaouane. Des habits aux accessoires pour femmes et hommes en passant par des paniers «garde-linges», boîtes à bijoux ou clés, garde-cuillères ou verres, tissus teintés entre autres produits. Il y avait aussi des produits locaux destinés à l’alimentation, notamment des sirops d’oseille (bissap), de gingembre, du couscous sénégalais, de la patte d’arachide grillée. Cepen­dant, l’art et le savoir-faire de Ngaye n’attirent pas. En tout cas, pas à ce stade de la foire. Ouverte depuis le matin, aucun achat n’a été enregistré par les vendeurs à 12 heures. Même les visiteurs se comptent sur les doigts de la main.
Pourtant, malgré cette absence de clients, les exposants ne désespèrent pas. «Je reste optimiste, car le cadre est bon et les produits ici sont de qualité et très abordables. J’espère écouler toute ma marchandise et surtout avoir des contacts qui vont me faire des commandes ultérieurement», a dit Isseu Thioune, Sénégalaise bon teint, assise derrière son étal dans le stand qu’elle partage avec Ndack Ndoye, exposant les mêmes articles et un jeune homme qui, lui, vend des cartables. A l’image de Mame Cheikh Faye, vendeur de tissus teintés, aucun participant ne se plaint à ce stade de la foire. Ils se réjouissent tous des bonnes conditions de cette 2e édition. Ce qui les intéresse, c’est plus nouer des relations que la vente dans l’immédiat. «Je suis venu faire valoir mon savoir-faire en matière d’art. C’est moi-même qui teins les tissus, les uns en teinture Facebook et d’autres sans aucun motif. J’espère surtout avoir des contacts», dit l’artisan.
Jeune entrepreneur d’une marque de chaussures «made in Mékhé» et initiateur de l’événement, Mohamed Mokhtar Baby explique : «C’est une petite foire organisée pour aider les artisans de Ngaye Mékhé qui ont du mal à vivre de leur art. C’est un espace d’exposition pour montrer leur savoir-faire.» Une trentaine d’artisans participent à cette foire dont la cérémonie d’ouverture officielle est prévue demain soir. Il est également prévu un dîner de gala dédié aux artisans pour leur rendre hommage à la salle Soweto de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad).
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here