PARTAGER

Faire en sorte que l’Agence de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises permette à un ensemble de Pme d’avoir la taille critique et de se faire labelliser, tel est l’un des principaux objectifs du nouveau directeur général de l’Adepme. Ainsi, Idrissa Diabira et ses collaborateurs appellent les chefs d’entreprise à s’informer davantage sur les mécanismes mis en place par l’agence, notamment le fonds à frais partagés, entre autres, destiné à accompagner les Petites et moyennes entreprises. Financé par la Banque africaine de développement (Bad), ce fonds est un mécanisme de facilitation de l’accès des Pme aux services non financiers. «Il offre des subventions comprises entre 50 et 75% du montant des besoins de la Pme en formation et en assistance technique. Le plafond annuel de cette subvention est fixé à 25 millions de francs Cfa par Pme. Ce fonds est ouvert à toutes les Pme désirant s’engager dans le processus de labellisation. J’invite donc les dirigeants de Pme à profiter des séances de B to B pour mieux s’informer sur la labellisation et le fonds à frais partagé», a lancé hier M. Diabira aux dirigeants de Pme qui prenaient part aux ateliers de croissance Pme. «Les Pme, lorsqu’elles viennent à l’Adepme ou lorsqu’elles évoquent les problèmes auxquels elles sont confrontées, elles mettent d’abord la problématique financière en exergue. Et lorsqu’elles sont accompagnées, elles se rendent elles-mêmes compte que finalement ce n’est qu’une résultante d’un ensemble de problématiques qu’elles peuvent connaître», dit-il.
Les ateliers croissance Pme qui vont se tenir sur deux jours entrent dans le cadre du programme de labellisation entrepris par l’Adepme et visent à «sensibiliser les Pme à renforcer leurs fonctions, notamment en matière de système d’information et de démarche stratégique». Cela, en dotant «les Pme de tous les outils nécessaires à la maîtrise de leur croissance».
La labellisation, selon les experts, permet, entre autres, de rendre la Pme plus transparente.
«Nous avons déjà évalué plus de 152 Pme qui vont améliorer leur transparence, renforcer leurs capacités et bénéficier d’une meilleure mise à niveau et encadrement grâce au programme de labellisation», a indiqué Idrissa Diabira, cité dans un communiqué. Il ajoute que «ces ateliers leur permettent de rapprocher les Pme avec les services de conseils indispensables à leur développement et à la maîtrise de leur croissance».
dialigue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here