PARTAGER
Matar Ba, ministre des Sports.

En dépit de sa longue durée au ministère des Sports, créditée dans l’ensemble d’un bilan positif, Matar Ba devra aussi se pencher sur certains dossiers et chantiers inachevés.

Matar Ba a été reconduit au poste de ministre des Sports lors du remaniement intervenu ce dimanche. Le Président Macky Sall lui a encore offert un nouveau «mandat» à la tête du sport sénégalais.
Déjà 6 ans au département des Sports, le maire de Fatick est bien parti pour égaler le record de feu François Bob, resté à la tête du sport sénégalais pendant 7 ans.
Mais malgré cette longue durée, le bilan de Matar Ba, il est jugé globalement positif, traîne aussi certains dossiers ou chantiers «inachevés».
D’abord au niveau des infrastructures, avec comme fait marquant la réhabilitation du stade Léopold Senghor que le patron du sport sénégalais traîne comme un boulet. Pour la simple et bonne raison que cette rénovation de notre «temple du football», annoncée depuis novembre 2018 – donc bien avant l’arrivée du coronavirus – tarde à se concrétiser. Le prétexte du Covid-19 ayant été brandi par la tutelle pour expliquer le retard des travaux, lié à l’indisponibilité de la partie chinoise.
Si pour le cas de Demba Diop une épine a été enlevée aux pieds des autorités sportives avec la décision de la Fifa, en collaboration avec la Fédération sénégalaise de football, de réfectionner ce mythique stade, par contre au niveau de certains stades régionaux ça ne bouge toujours pas.

L’Arène nationale et le Dakar Arena attendent toujours leur parrain
Et sous ce chapitre, on ne comprend toujours pas pourquoi l’Arène nationale et le Dakar Arena, inaugurées depuis 2018, n’ont toujours pas été baptisées. Et ce ne sont pas les noms de parrains qui manquent au sein du basket et de la lutte sénégalaise.

Quand la «Force Fonds Covid-19» snobe le sport
Restons dans le contexte de la pandémie pour nous interroger sur la non-assistance financière de l’Etat au sport sénégalais qui souffre des conséquences du Covid-19 ! Chargé de piloter le dossier, le ministre des Sports fait toujours languir les sportifs qui tirent la langue financièrement. Pourtant au même mo­ment, tous les autres secteurs ont eu leur part. Incompré­hen­sible !

Le Foot Pro : 11 ans après, l’Etat n’a mis aucun sou
Quid du football professionnel que l’Etat avait promis d’accompagner ? 11 ans après, aucun sou n’a été débloqué, malgré les promesses ministérielles. Ce qui explique les difficultés rencontrées par la Ligue Pro, sans sponsors et souvent perfusée par la Fédé foot.

«Sos cadres» au ministère des Sports
Le cas de la Fédé de basket toujours sans un Secrétaire général-titulaire et aussi le vote de nouveaux textes pour le basket et le handball sont autant de dossiers qui attendent. Mais encore faudrait-il régler le problème lié au manque de bras au niveau de la tutelle qui manque terriblement de cadres.
Enfin et toujours au niveau des attentes, il y a aussi le Code du sport qui est toujours dans les tiroirs malgré des assurances de Matar Ba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here