PARTAGER

Pettowol mining compagny (Pmc), la nouvelle usine de production d’or dans la région de Kédougou, a procédé hier à la remise d’un lot d’équipements au Conseil communal de la jeunesse (Ccj) et à la municipalité de Tomboronkoto. Une occasion pour l’intendant du département social de Pmc, Karamoko Ba, d’égrener un chapelet de promesses à l’intention des populations de cette collectivité territoriale.

Mettre la commune de Tomboronkoto sur les rails de l’émergence : C’est l’ambition de Mako Pettowol mining compagny (Pmc). La deuxième société aurifère qui est à sa première année d’activités dans la région de Kédougou s’est engagée «à restaurer les moyens de subsistance des populations». Dans le cadre de son plan de participation au développement local, les responsables de l’usine promettent «de promouvoir l’emploi local». «Nous sommes en train de faire une politique de promotion de l’emploi local à travers la création d’entreprises. Nous sommes engagés à booster des entreprises locales», a déclaré hier l’intendant du département social de Pmc, lors d’une cérémonie de remise de lot d’équipements d’une valeur de 7,9 millions de francs Cfa au Conseil communal de la jeunesse (Ccj) et la municipalité de Tombo­ronkoto. Karamoko Ba ajoute : «Cette année, nous injecterons 46 millions pour la construction de quatre salles de classe et un mur de clôture au lycée de Mako. Pmc entend également construire une case des tout-petits à Mako pour une valeur de 20 millions de francs Cfa, dégager chaque année 9 millions de francs Cfa pour l’achat de fournitures scolaires pour l’ensemble des élèves de la commune. Nous avons réalisé l’aménagement du périmètre de Badian d’une superficie de 10 ha, l’adduction d’eau dans le poste de santé de Tomboronkoto pour un coût de 17 millions et doté le poste en médicaments d’une valeur de 3 millions de francs Cfa.» La société compte aussi «accompagner la commune de Tomboronkoto dans son projet de lotissement du village de Mako, dans la réalisation d’une étude de faisabilité pour la construction d’une aire de stationnement. Dans le cadre des activités sportives et culturelles, elle promet d’aménager un terrain de football à Bantata, réaliser un forage à Ngary, un magasin de stockage à Niéméniké et le Centre technique polyvalent (Ctp) de Tombo­ronkoto. S’y ajoutera la relance de l’exploitation apicole au niveau de la zone». Le souhait des responsables de Pmc, selon M. Ba, c’est que d’ici 7 ans tous les villages bénéficient du fonds d’investissement social et environnemental qu’ils envisagent de mettre en œuvre.
En ce sens, Pmc a mis hier à la disposition de la jeunesse un lot d’équipements composé de matériels de sonorisation, une centaine de chaises, deux tentes et un groupe électrogène. Le Conseil municipal a reçu trois armoires en fer, des étagères pour les registres d’état civil, une photocopieuse, une imprimante et des cartouches d’ancre.

7,9 millions pour les jeunes et la municipalité de Tomboronkoto
«La jeunesse a exprimé une demande d’avoir des équipements pour pouvoir dérouler des activités génératrices de revenus. A travers le fonds d’investissement social et environnemental, Pmc a accepté cette demande de la jeunesse. La commune a aussi exprimé des besoins d’équipements pour sécuriser l’état civil. C’est dans ce cadre que des étagères, trois armoires métalliques, un ordinateur Hp, une photocopieuse, une imprimante et un kit solaire ont été mis à la disposition de la mairie. Nous sommes satisfaits de notre collaboration avec Pmc. Nous restons ouverts à toute autre forme de collaboration pour l’intérêt des deux parties. La société a intérêt à être en bons termes avec la jeunesse et le reste de la population», a indiqué Nfaly Camara, maire de Tomboronkoto.
A l’occasion de l’inauguration de cette deuxième usine de production d’or dans la région de Kédougou, le Président Macky Sall avait demandé à ce que l’exploitation de la mine de Mako contribue à «mieux structurer l’économie locale et offrir de l’emploi salarié aux jeunes de cette localité qui constituent 60% de la population». Le chef de l’Etat avait aussi nourri «l’espoir que l’inauguration de cette seconde industrie aurifère à Kédougou après celle de Sabodala gold operation (Sgo) puisse donner un dynamisme économique nouveau qui favorise la création de valeurs, de richesses et d’emplois».
Correspondant

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here