PARTAGER

A l’issue des deux matchs amicaux contre l’Ouzbékistan (1-1) et la Bosnie (0-0) pour la préparation du Mondial 2018 en Russie, certains joueurs ont visiblement marqué des points, alors que pour d’autres, l’incertitude plane encore. Le sélectionneur national, Aliou Cissé, a deux mois pour trancher.

Les deux premiers amicaux de l’Equipe nationale, disputés res­pec­tivement à Casablanca et au Havre contre l’Ouzbékistan (1-1) et la Bosnie (0-0), dans le cadre de la préparation du Mondial 2018, ont permis certainement au sélectionneur national de se faire une idée de son groupe en direction de la liste des 23 Lions. D’ailleurs, à ce sujet, la réponse de Aliou Cissé a été claire, à l’issue des deux matchs. «Je ne doute pas de certains joueurs. Le noyau a toujours été là depuis trois ans. Il y a 18 à 19 joueurs qui ont été là avec moi. Maintenant, on peut prendre 4 ou 5 joueurs qui explosent avec leurs clubs», a indiqué le technicien sénégalais. Avant d’ajouter : «Aujourd’hui, on sait ce qu’on voulait. Donc, c’est possible de voir des surprises dans la liste. Comme je l’ai toujours dit, je suis ouvert. Il reste deux mois décisifs et peut-être qu’ils vont se révéler entre temps. Là, je suis satisfait du rendement de Djilobodji.» En citant nommément le défenseur de Dijon en Ligue 1 française, comme l’une des grosses satisfactions du groupe des 30 joueurs sélectionnés pour les deux matchs, ce qu’il n’a pas l’habitude de faire, Aliou Cissé semble être enfin convaincu de l’importance de l’ancien défenseur de Chelsea, à le réintégrer dans sa liste pour la phase finale. Titulaire dans l’axe de la défense lors des deux matchs amicaux, dans un système à 3 défenseurs, Papy Djilo­bodji a effectivement séduit plus d’un. Même si au niveau des relances, le bonhomme n’a pas été trop étincelant.

Santy Ngom au-dessus du lot
Au chapitre toujours des satisfactions, celle de l’attaquant nantais, Santy Ngom. Pour ses débuts en sélection, le binational a marqué des points en étalant toute sa panoplie technique. Il s’est même offert une passe décisive lors de son premier match face à l’Ouzbékistan. Par contre, contre la Bosnie, il n’a pas eu beaucoup de temps de jeu pour s’exprimer. Au niveau des gardiens, Pape Seydou Ndiaye du Jaraaf a effectué un bon retour, après sa bourde contre le Burkina Faso en éliminatoires du Mondial. S’il a pris le seul du but des deux matchs sur penalty, le seul local du groupe a rendu une copie propre dans l’ensemble et devrait espérer occuper le rang de troisième gardien, derrière Abdou­laye Diallo et Khadim Ndiaye.

Armand Traoré, Saivet, Pape Ndiaye Souaré, Moussa Konaté, Moussa Sow…
L’incertitude plane encore sur la participation de certains joueurs. S’il a inscrit le seul but des Lions lors des deux matchs amicaux, l’attaquant de Amiens (Ligue 1 française), Moussa Konaté, n’a pas été très tranchant. Chouchou du sélectionneur avec qui il a connu la belle épopée des Jeux Olympiques de 2012 à Londres, Moussa Konaté reste un fidèle du coach. S’il a manqué quelques rendez-vous durant les phases éliminatoires du Mondial, il est souvent là lors des phases finales.
Quant à Pape Ndiaye Souaré, son manque de temps de jeu à Crystal Palace (Premier League) pourrait le pénaliser dans le couloir gauche de la Tanière. D’ailleurs, pour son retour en sélection, il n’a disputé qu’un seul match sur les deux. Tout le contraire de Armand Traoré (Cardiff-Angleterre) qui a pu participer aux deux. Seulement, à l’image de Souaré, l’ancien Gunner risque d’être trop juste pour un poste où le sélectionneur espère de meilleurs rendements.

Le dernier délai est fixé au 4 juin
Quant au doyen de la Tanière, Moussa Sow, sa prestation n’a pas été vraiment à la hauteur. En plus de l’âge, l’attaquant des Lions risque d’être barré par la concurrence dans un secteur où les candidats sont nombreux. Même son de cloche pour Henri Saivet, transparent et qui semble manqué de rythme, pénalisé par son inconstance en club. Arrivé récemment en Turquie, l’ancien joueur de Saint Etienne n’a visiblement pas encore retrouvé toutes ses sensations. Même s’il reste un élément essentiel sur les coups de pieds arrêtés. Que dire aussi de Mame Biram Diouf. Disponible, combatif, le sociétaire de Stoke City (Premier League) traverse une période difficile. Utilisé en défense dans son club, il évolue en attaque en sélection. Une inconstance qui pourrait lui coûter sa place au Mondial, à cause de la forte concurrence en attaque.
A noter qu’une pré-liste de 35 joueurs doit parvenir à la Fifa au plus tard le 15 mai prochain. Pour la liste définitive des 23, le dernier délai est fixé au 4 juin. Les Lions disputeront trois matchs amicaux en fin mai contre le Luxembourg et face à la Croatie et la Corée du Sud en juin, tout juste avant le début du Mondial.
wdiallo@lequotidien.sn

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here