PARTAGER
Mansour Faye, ministre de l’Hydraulique...

Les travaux de réalisation des deux  forages des Parcelles Assainies ont été lancés hier en grande Pompe par le ministre de l’Hydrau­lique et de l’assainissement. Les ouvrages dont les premières gouttes d’eau sont attendues en fin août vont soulager les populations des Parcelles Assainies des pénuries d’eau.

Deux nouveaux forages sortiront bientôt de terre aux Parcelles Assainies. Les travaux de réalisation de ces infrastructures hy­drau­liques ont été lancés hier, par le ministre de l’Hy­drau­lique et de l’assainissement. Le premier forage sera construit à Nord-foire, à quelques  mètres de Yengou­lène. Le deuxième est situé à côté du Lycée moderne de Dakar près du stade Léopold Sédar Senghor. Ces ouvrages dont les premières gouttes d’eau sont attendues en fin août vont soulager les populations des Parcelles Assainies des pénuries d’eau.
«D’ici un mois et demi, le 31 août, l’eau sera disponible. Grâce à ces ouvrages, les Unités  26, 21, 20, 17, 16 et 12 des Parcelles Assainies ainsi que la Patte-d’oie et la Cité Soprim n’auront plus de problèmes d’eau potable», assure Mansour Faye.
Les populations des Parcelles Assainies ont vécu ces derniers temps une grosse pénurie d’eau. Venu à leur rencontre, le ministre de l’Hydraulique et de l’assainissement  avait indiqué : «Le déficit est en cours de résorption, parce que nous avons des projets à court terme pour ne pas dire immédiats avec la réalisation de deux nouveaux forages dans la zone de Yengoulène.»
Le coût total de ces deux infrastructures hydrauliques s’élève à plus de 600 millions de francs Cfa. Leur réalisation entre dans le cadre des projets structurants pour définitivement résoudre les problèmes d’eau à Dakar, notamment  la construction d’une nouvelle usine de traitement d’eau à Keur Momar Sarr (Kms3) avec  plus 200 mille m3/j. D’ici la fin de l’année, ce projet va démarrer tout comme le projet de dessalement de l’eau de mer qui va produire 100 mille m3/j dans Dakar et environs. Ce qui fera un total de 300 mille m3 pour Dakar et environs, notamment les régions de Thiès et Louga.
«On a accusé beaucoup de retard dans le domaine des investissements», s’est désolé le ministre de l’Economie, des finances et du plan. Entre 1996 et 2012, renseigne Amadou Ba, ce sont près de 200 milliards de francs Cfa qui ont été investis. «Ce n’est pas rien, mais c’est peu par rapport au besoin de Dakar», dit-il. Pour accélérer la cadence, souligne le ministre des Finances, Macky Sall a lancé un projet qui tourne autour de 500 milliards de francs Cfa pour l’eau. «Les 450 milliards sont déjà mobilisés et disponibles. Les travaux peuvent démarrer. Mais pour faire face à l’urgence et régler le déficit en eau dans les 60 ans à venir, il est important que les Sénégalais nous fassent confiance et nous permettent, en nous donnant une majorité confortable, de mettre en œuvre la vision du président de la République», plaide Amadou Ba.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here