PARTAGER
Oumar Guèye, ministre de la Pêche...

Le gouvernement promet de construire une Académie maritime à Dakar pour lutter contre la raréfaction des cadres dans le domaine maritime.

L’Association internationale de pilotes maritimes (Impa) s’inquiète de la raréfaction de cadres dans ce domaine. En ouvrant le 24ème Congrès de l’Impa hier au King Fahd Place, le ministre de la Pêche et de l’économie maritime a annoncé la création d’une Académie maritime. Selon Oumar Guèye, cette infrastructure va permettre de former des pilotes, mais également des cadres de haut niveau dans le domaine maritime. «C’est un important projet dont le financement est déjà bouclé et verra le jour très bientôt», révèle le ministre.
Lors d’une conférence de presse organisée dimanche, l’Impa a tiré la sonnette d’alarme sur la raréfaction de pilotes maritimes. A titre illustratif, le Port autonome de Dakar ne compte que 14 pilotes. Une situation qui résulte du caractère sélectif du concours. En clair, il faut un Bac +…14. En réponse, au-delà de l’Académie maritime de Dakar, le gouvernement prévoit également la reconstruction complète de l’Ecole nationale de formation maritime, en partenariat avec la Pologne. «Les pilotes maritimes constituent un corps de métier qui n’est pas très connu, mais qui est en plein au cœur de la chaîne logistique», souligne Aboubacar Sadikh Bèye, directeur général du Port de Dakar.
De plus, Oumar Guèye a rappelé la construction du Port multifonctionnel de Yène Ndayane et du Port minéralier et vraquier de Bargny Sendou. «Ce nouveau dispositif devra accompagner et compléter le développement des ports intérieurs de Ziguinchor, de Kaolack ainsi que le port de Saint-Louis. Cela va générer une augmentation du trafic à travers l’exportation prochaine d’importants gisements de pétrole et de gaz découverts au Sénégal», insiste le ministre de la Pêche, appelant l’Impa à «anticiper en termes de ressources humaines face aux défis de croissance».
Selon le ministre, cette association devrait constituer la rampe de lancement d’une réflexion profonde et d’une remise en cause permanente du renforcement de capacités en perspective de la réception de nouveaux navires. «J’encou­rage l’Impa à mettre à profit la diversité des conditions d’approche des ports modernes du monde, la logistique utilisée et la validité des navires ainsi que des cas d’école, développer un réseau d’expérience et de formation continue afin d’améliorer les performances des pilotes maritimes», invite M. Guèye.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here