PARTAGER

L’avènement des stadiers sera bientôt une réalité au Sénégal. C’est en tout cas le souhait de la Fédération sénégalaise de football qui tient à accélérer la cadence.

La Fédération sénégalaise de football a finalement décidé d’accélérer la cadence dans le cadre du projet des stadiers. Un projet qui tient à cœur la Fifa, au point de pousser l’instance fédérale à passer à la vitesse supérieure. D’ailleurs, le président de la Fédé, Me Augustin Senghor, avait levé un coin du voile sur le projet, lors de la pose de la première pierre des travaux du projet de réalisation d’un terrain en gazon synthétique au stade Maniang Soumaré de Thiès, en août dernier.
A cette occasion, Me Senghor avait annoncé que «la Fifa a validé un projet de formation de 300 stadiers qui vont venir en renfort des forces de sécurité dans l’enceinte des stades, durant les compétitions».

Partenariat Fédé-Ifms-Asp
Liés à une convention tripartite, l’Institut de la formation des métiers en sport (Ifms), l’Agence de sécurité de proximité (Asp) et la Fédé foot ont décidé de lancer finalement le projet avec le début de la formation d’une vingtaine d’agents pour le moment. «Effectivement, nous avons décidé de commencer la formation à partir du 28 septembre prochain», confie une source proche du dossier, précisant que «c’est un partenariat renouvelable de deux ans. On va travailler sur un groupe de 300 agents sur la première année. Le nombre peut évoluer dans le temps parce que l’objectif, c’est également de l’étendre dans les régions et au niveau des clubs.»
Pour la période de lancement, souligne notre interlocuteur, «on va cibler une vingtaine d’agents pendant deux semaines. Il y aura des garçons et des filles. Et pour le moment, ce ne sont que des Asp».
Pendant les deux semaines de formation, notre source de préciser que ces derniers vont se pencher sur «la problématique de la sécurité, des codes de conduite du stadier, la configuration des stades, il y a le volet secourisme, la technique d’évacuation, de palpation, de l’orientation, de l’accueil…». Sur le plan de la théorie, les futurs étudiants devront également être outillés sur les «sources de violences, leur origine, les valeurs sportives, les enjeux».

Premier test lors de Sénégal-Mauritanie, à Thiès
Le premier test pourrait avoir lieu le 13 octobre prochain lors du match amical contre la Mauri­tanie, au stade Lat Dior de Thiès. «C’est une volonté de la Fédé­ration. Maintenant, on ne peut rien garantir. On va travailler dans ce sens, d’autant plus que ce sera un match à huis clos, donc moins compliqué à gérer. Cela pourrait être une bonne opportunité pour les évaluer, en attendant d’avoir des matchs qui nécessiteront plus de vigilance», souligne notre interlocuteur.
D’ailleurs, les trois parties -Fédé, Asp et Ifms- envisagent de tenir une conférence de presse lors de la journée de lancement de la première vague de stadiers.
Lors de la signature de la convention tripartite en mars dernier, le président de la Fédération, Me Augustin Sen­ghor, a insisté sur l’importance de ce projet visant à améliorer l’organisation et la sécurité dans les stades et lieux de pratique sportive. «Nous devons hisser notre niveau de formation en matière sécuritaire. Nous allons vers l’avènement d’un nouveau stade de dernière génération au Sénégal, avec les projets qui sont en cours comme la réfection du Stade Demba Diop, mais aussi les Joj. Donc il y a autant d’éléments qui permettent de hisser le niveau sécuritaire par rapport à ces infrastructures de dernière génération que nous aurons», avait déclaré le patron du foot sénégalais, qui avait à ses côtés M. Bira­me Faye, directeur de l’Asp, et Mme Coura Kébé, directrice de l’Ifms.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here