PARTAGER

L’agence de coopération internationale allemande Giz a enrôlé 51 sourds-muets de la commune de Saint-Louis, pensionnaires du centre Danièl Grouès, pour les former en teinture, sérigraphie, transformation de fruits et légumes et à la fabrication de savon et d’eau de javel. Cette formation qui va se dérouler jusqu’au 12 septembre a pour objectif de rendre ces personnes vulnérables moins dépendantes et leur éviter de tendre la main dans la rue. Selon Yéné Diop, conseillère technique à l’agence Gfa, qui pilote ce projet, ces formations de courte durée permettent à la Giz, le bailleur, de doter les bénéficiaires de métiers innovants. Il a souligné que pour les sourds-muets, il s’agit de les former, en collaboration avec le centre Danièl Grouès, en teinture, en sérigraphie, en transformation des fruits et légumes et à la fabrication de savon et d’eau de javel, l’objectif global étant de former les jeunes du Sénégal et en particulier les migrants de retour, afin de leur permettre de trouver du travail et des activités génératrices de revenus. Pour elle, la cible des sourds-muets est particulière, car étant souvent considérés comme des personnes en marge de la société, ce qui n’est pas normal. Il s’agira donc, selon elle, au cours de ces formations de faire de sorte qu’ils obtiennent un travail décent et d’éviter ainsi la mendicité et être considérés comme des membres à part entière de la société.
Selon Oumar Thioye, directeur du centre Danièl Grouès, cette formation vient à son heure et permettra aux sourds-muets d’être suffisamment outillés et d’avoir un métier leur permettant de s’autonomiser, et de ce fait de ne pas s’adonner à la mendicité. Il a fait savoir que 4 millions 760 mille francs Cfa ont été mis à leur disposition par l’agence allemande Giz par le biais de l’agence Gfa qui s’occupe de son volet formation professionnelle. Cet argent permettra tout au long de la formation d’assurer la prise en charge des formateurs, le transport et la restauration des participants. Oumar Thioye, qui a par ailleurs remercié la coopération allemande pour son soutien, a fait savoir que les sourds-muets du centre ont bénéficié dans le passé d’autres formations en menuiserie métallique, menuiserie bois, en coiffure et en couture. Des formations qui leur ont permis de pratiquer dans les ateliers installés dans le centre construit depuis 2012 par l’Association française Fidei pour un coût de 55 millions et équipé à hauteur de plus de 10 millions de francs. Pour accompagner les sourds-muets sans formation, les responsables du centre leur ont également octroyé, selon le directeur, des financements leur permettant d’avoir des activités génératrices de revenus. Les parents d’élèves ont de leur côté, par le biais de la présidente du comité de gestion du centre Danièle Grouès, Mme Ndata Gaye, félicité la coopération allemande qui leur a permis d’organiser cette formation au profit de leurs enfants qui vont désormais bénéficier d’un travail qui leur permettra d’être autonomes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here