PARTAGER

Co-invité ce samedi du Forum WhatsApp de l’Anps, avec Yatma Diaw de l’Asc Ville de Dakar, le président de la section basket de l’As Douanes s’est exprimé pour la première fois sur la succession de Me Babacar Ndiaye qui en est à son dernier mandat. Considéré par certains comme un «dauphin caché», Demba Seck n’a pas voulu se mouiller…

Après le président de la Fédération sénégalaise de basket, la «balle orange» a encore rebondi ce samedi, au Forum WhatsApp de l’Anps, avec comme invités les présidents des sections basket de l’Asc Ville de Dakar (voir par ailleurs) et de l’As Douanes.
Actualité oblige, les questions ont surtout tourné autour de la situation financière des clubs suite à la décision de la Fédération d’annuler la saison «infectée» par la pandémie du Covid-19.
En marge de cette forte inquiétude qui enfle sous le panier, le président du basket douanier a été interpellé sur la succession du président de la Fédération qui en est à son deuxième et dernier mandat dont la fin est prévue en 2023. Et si cette question vise particulièrement Demba Seck, par ailleurs premier vice-président de la Fédération, c’est parce que certains le considèrent comme un dauphin de Me Ndiaye. En effet, dans les coulisses, on prête l’intention au président de la Fédé de le préparer pour sa succession ; bien entendu si, entre temps, on modifie les textes en faisant sauter la disposition limitant les mandats…

«Me Babacar Ndiaye n’a jamais dit qu’il avait un dauphin»
Dans sa réponse, Demba Seck rejette d’emblée le mot «dauphin». «Me Babacar Ndiaye n’a jamais dit qu’il avait un dauphin. En tout cas, il ne me l’a pas dit. Et jusqu’à ce jour il me considère comme le premier vice-président de la Fédération», a-t-il tranché net. Avant d’ajouter : «Je me considère comme le premier vice-président de la Fédé basket. Je reste concentré sur les missions qui me sont confiées par le président Me Babacar Ndiaye avec qui j’entretiens d’excellents rapports.» Pour conclure, le président de la section basket de l’As Douanes dit mettre tout entre les mains de Dieu : «Maintenant pour ce qui va advenir, Seul Dieu le sait. Nous sommes des croyants, nous sommes des pratiquants. Nous ne savons pas si nous seront là en 2023.» Une réponse qui sous-entend beaucoup de choses et des non-dits sur le chemin qui mène à la présidence de la Fédération d’ici trois ans.
Reste à savoir si cette réponse «Seck» sur le dauphinat, venant de «l’ami» de Me Babacar Ndiaye, va convaincre ceux qui prêtent l’intention au patron du basket sénégalais de faire un «forcing» pour modifier les textes afin de baliser le chemin à son «dauphin caché». 2023, c’est si loin… si près.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here