PARTAGER
Le Président Macky Sall est la première personnalité africaine, à interpeller les partenaires bilatéraux et multilatéraux.

La communauté africaine de pratiques (Afcop) compte sur le Président Sall pour disséminer les conclusions fortes issues du forum africain 2019 sur la Gestion axée sur les résultats (Gar) à travers tout le continent.

La communauté africaine de pratiques (Afcop) fait du Pré­sident Macky Sall son ambassadeur pour une vulgarisation à travers tout le continent des conclusions fortes issues du forum africain 2019 sur la Gestion axée sur les résultats (Gar). Lesquelles conclusions condensées dans «la déclaration de Dakar» ayant sanctionné les trois jours de conclave exhortent les pays d’Afrique à s’approprier les bonnes pratiques en matière de gestion des politiques publi­ques. «Nous allons essayer de discuter avec notre parrain le Président Macky Sall sur comment les chefs d’Etat africains pourront s’approprier ce document», a soutenu mercredi le président d’Afcop Mamadou Lamine Ndongo. «En tant que chef du comité d’orientation du Nepad, nous pensons qu’il est un bon relais pour disséminer cette déclaration et faire en sorte que la plupart des pays africains l’adoptent et puissent l’intérioriser dans le processus de planification et de mise en œuvre des politiques publiques», a poursuivi M. Ndongo s’exprimant au dernier jour de la rencontre entamée lundi au Cicad. «18 pays l’appliquent et notre objectif c’est que tous  les 54 pays y arrivent», a relevé M. Ndongo en parlant de la Gar, qui demeure, selon lui, «un apprentissage des nouvelles façons de faire».
Le leadership, la planification, la budgétisation, la mise en œuvre axée sur les résultats, le suivi évaluation et la redevabilité sont les six dimensions autour desquels tourne le concept.
«S’il y a un engagement au niveau politique, il est plus facile d’avoir un impact au niveau des ministères et de l’Adminis­tration (…) L’occasion du basculement en 2020 vers le budget programme sera l’occasion de mettre en œuvre tout ce que l’on est en train de théoriser», a soutenu pour sa part Omar Diakhité, directeur de Sencop. «Regarder le chemin parcouru par la Gar : célébrer les succès et tirer les leçons pour l’avenir», tel a été le thème de la rencontre. «L’objec­tif consistait à faire le point sur le chemin parcouru depuis 12 ans d’existence, de tirer des leçons sur nos différents outils de travail et voir comment les améliorer», a résumé le président de l’Afcop pour qui l’organisation travaille à mieux «contribuer à la réalisation de l’agenda 2063 de l’Union africaine». Pour une meilleure efficience dans son action, la communauté des pratiquants de la Gar compte s’adapter aux réalités africaines et en travaillant davantage sur l’intégration. «Les leçons tirées nous ont montré qu’il  y a une exigence d’adaptation au contexte socio-culturel. On ne peut pas faire aujourd’hui, de la gestion axée sur les résultats en Afrique si on ne tient pas compte de l’aspect culturel. On ne peut pas aussi faire des résultats en Afrique sans l’intégration régionale. Nous sommes 54 pays et aucun ne peut s’en sortir seul ; c’est un élément qui est ressorti des travaux», a noté M. Ndongo.
L’Afpop est une organisation non gouvernementale et à but non lucratif composée de fonctionnaires, parlementaires, mem­­bres de la Société civile et du secteur privé. Elle agit pour l’heure dans 43 des pays de l’Afrique et ambitionne de s’étendre dans tous les 54. Au chapitre des acquis, le président a fait cas de 12 mille personnes formées à la Gar dont 35% de femmes.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here