PARTAGER

Dès cette annonce, les journalistes ont exigé des explications, mais ils n’ont pas obtenu de réponse. Michel Field, directeur de l’information de France télévisions, était absent. Agnès Vahramian, la rédactrice en chef du «20 Heures», n’était elle-même pas au courant de cette décision. David Pujadas, en place depuis 2001, a juste confirmé son entretien avec Mme Ernotte, précisant que ce n’était pas sa décision, avant d’être applaudi pendant une bonne dizaine de minutes par ses confrères. «Beaucoup avaient les larmes aux yeux», témoigne un journaliste.
«Nous sommes sous le choc», dit un autre rédacteur qui, avec tous ses confrères, a exigé que Mme Ernotte vienne s’expliquer devant la rédaction. Dans un premier temps, face au refus de la Pdg, les journalistes ont décidé de ne pas fabriquer l’édition de 13 heures et de ne pas préparer celle du «20 Heures».
Finalement, Delphine Ernotte est descendue rencontrer les journalistes et répondre à leurs questions en compagnie de Michel Field. «J’en ai mal dormi et j’en suis très émue, mais c’est ma décision», leur a-t-elle affirmé, en assurant que «ce n’était pas un désaveu pour David Pujadas», qui de­vrait con­server la présentation de L’Emission politique jusqu’à la fin de la saison.

Des contacts ont été pris avec Anne-Sophie Lapix
«Je ne pensais pas que l’information allait sortir aussi rapidement à l’extérieur», s’est-elle justifiée pour répondre au timing de l’annonce. «Après seize ans, il faut une nouvelle incarnation parce qu’on arrive à la fin d’un cycle», a-t-elle poursuivi, affirmant que son choix «n’est pas lié au nouveau président de la République». Elle a annoncé que le changement de présentateur de­vait avoir lieu cet été et a confirmé que des contacts avaient été pris avec la journaliste Anne-Sophie Lapix, qui présente le magazine C à vous, sur France 5.
«Virer David Pujadas du “20 Heures” seulement quelques jours après un changement de président de la République est étrange», remarquait toutefois un journaliste, en rappelant que la présidence de France Télé­visions avait offert le champagne il y a quelques jours pour fê­ter les très bons scores d’au­dience de son «20 Heures» face à celui de Tf1. L’écart avec le grand rival éternel est passé sous les trois points de parts d’audience : 20,9 % contre 23,8 % en moyenne les jours de semaine, de mars à avril. Soit 5 millions de téléspectateurs environ et + 1,3 point de parts d’audience par rapport à mars-avril 2016.
La rédaction a également été particulièrement indignée par la tribune de Michel Field parue dans Libération mercredi matin. Le directeur de l’information y salue le travail des équipes mais le critique également, parlant d’«examen de conscience». «Plusieurs défis sont à relever. Comment rendre visibles les invisibles ? Ces millions de Français qui ont le sentiment que les journaux télévisés ou les magazines ne parlent jamais des problèmes auxquels ils sont confrontés ou, quand ils le font, de le faire de manière partielle et partiale», y écrit-il.
lemonde.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here