PARTAGER
François Fillon à son arrivée hier au siége du parti Les Républicains.

Ce 24 avril, le Parti socialiste resserre les rangs tandis que Les Républicains réunissaient leur comité politique. Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle qui a vu l’élimination des deux grandes formations de droite et de gauche, l’heure est à la réflexion sur les prochaines échéances comme les Législatives ou l’attitude à tenir vis à vis de Emmanuel Macron.

L’heure des explications a sonné à droite. Arrivé troisième au premier tour de la Pré­sidentielle, François Fillon reconnaît son échec. «Je n’ai plus la légitimité pour mener» le «combat» des Législatives, a-t-il déclaré devant le Bureau politique du parti Les Républicains. «Je vais redevenir un militant de cœur parmi les autres. Je vais devoir penser ma vie autrement, panser aussi les plaies de ma famille», a-t-il annoncé.
Appelant à l’unité, François Fillon a souhaité bon courage à sa famille politique, avant de s’en aller. Arrivé à 17h, il est parti sept minutes plus tard. S’agit-il d’un au-revoir ou d’un adieu ? Plusieurs élus penchent pour la seconde option.

Copé veut faire tomber les têtes
L’ancien Premier ministre avait retrouvé ce matin les cadres du parti réunis en comité politique. La réunion a duré plus de deux heures. Les ténors du parti avaient apparemment beaucoup à se dire. Au lendemain de la défaite, l’objectif était de trouver une ligne commune pour le second tour et voter Emmanuel Macron.
A son arrivée, Jean-François Copé a appelé à une reconstruction profonde de la famille. Le député veut faire tomber les têtes «fillonistes» et se prononce pour une direction collégiale. D’autres, comme Luc Chatel, ex-porte-parole de cette campagne, préfèrent au contraire tourner au plus vite la page de la Présidentielle et se lancer dès maintenant dans la bataille des Législatives. «Cette élection est à quatre tours, nous n’en avons fait qu’une étape, rappelle-t-il. Mais il y a encore un long chemin et ce qui est important, ce sont les Législatives qui déterminent le programme qui dirigera la France dans les cinq prochaines années.»
Enfin, troisième voix à se faire entendre : celle de Thierry Solère et de Nathalie Kosciusko-Morizet qui mettent en garde. Avant de parler des Législatives, il faut d’abord s’assurer de l’élimination de Marine Le Pen au second tour. Nathalie Kosciusko-Morizet veut que son camp s’adresse aux électeurs de la droite qui auraient du mal à mettre un bulletin Emmanuel Macron dans l’urne le 7 mai.
Nicolas Sarkozy va par ailleurs déjeuner avec sa garde rapprochée, dont Laurent Wauquiez. Le Bureau politique des Répu­blicains se retrouve en fin d’après-midi pour préparer la suite et tourner la page François Fillon.

Au Ps, lutte contre le Fn
Au Parti socialiste (Ps), moribond après la cinglante déroute de son candidat Benoît Hamon, l’heure est à l’effort pour serrer les rangs, comme en témoigne l’appel solennel signé du patron du Ps, Jean-Christophe Cam­badélis. «L’introspection viendra, a-t-il déclaré. L’analyse de cette défaite prendra du temps car elle vient de loin. Mais pas maintenant. Car le temps de l’explication n’est pas venu. Aujourd’hui, il faut se situer dans le temps de l’action. Dans cette période troublée, la main des socialistes ne peut trembler. Marine Le Pen présidente, ça jamais.»
La lutte contre le Fn met tout le monde d’accord, frondeurs comme légitimistes. «Les étapes se franchissent les unes après les autres mais pas en anticipant des étapes qui n’ont pas lieu d’être, estime ainsi le ministre de l’Agriculture et porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll. Il y a un deuxième tour et il faut être mobilisé et rassemblé.»
Le dossier explosif des Législatives arrive très vite. Au Ps, on se demande quelle ligne politique commune adopter, quels accords sont possibles avec les écologistes et les communistes et aussi s’il faut sanctionner ceux qui ont rejoint En marche, le parti de Emmanuel Macron. Les 577 circonscriptions législatives en France représentent autant de possibilités de se déchirer.
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here