PARTAGER

Les messages d’injures et les sous-entendus xénophobes ont défilé sur le réseau social après les révélations ce mercredi du «Canard Enchaîné», au sujet d’un Sms attribué à Sibeth Ndiaye. La jeune femme, franco-sénégalaise, est la conseillère en communication du Président Emmanuel Macron.

«Yes, la meuf est dead», aurait ainsi écrit Sibeth Ndiaye à un journaliste pour lui confirmer la mort en juin dernier de l’ancienne ministre Simone Veil, à l’origine de la légalisation de l’avortement en France. Jointe par Lci, l’intéressée a vivement démenti ces propos douteux, assurant que le Sms était «totalement faux».
Un démenti qui n’a pas empêché certains internautes de profiter de la polémique pour s’attaquer aux origines sénégalaises de la jeune femme, qui a été naturalisée française l’an dernier. L’attaque est notamment venue des rangs du Rassemblement bleu Marine (Rbm), la formation présidée par Marine Le Pen.

«Le charme de la diversité pour la diversité»
«Il y avait la noblesse de cour. Il y a aujourd’hui la racaille de cour. Sibeth Ndiaye, naturalisée l’an dernier, en est la figure emblématique», tweete pour sa part Jean-François Touzé, ancien élu du Front National en Seine et Marne. Un tweet semble-t-il supprimé depuis.
«Voici le charme de la diversité pour la diversité…», a renchéri le non moins subtil Christian Lechevalier, conseiller régional en Bretagne et membre du Rbm.
«Quand un pays vous ac­cueille, vous lui devez un minimum de respect et à ses personnes emblématiques ! Ndiaye est à vomir…», déclare encore sur son compte Twitter Jean-Yves Narquin, maire Front national de Villedieu-le-Château. Sa fa­mille politique a pourtant vio­lem­ment dénigré, pendant des années, Simone Veil et sa loi sur l’avortement.
jeuneafrique.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here