PARTAGER

Deux nouveaux fronts judiciaires viennent de s’ouvrir en France dans la bataille mémorielle sur les responsabilités de Paris dans le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994. Une première plainte contre X avec constitution de partie civile a été déposée par l’Association Survie ce mercredi 28 juin. Elle vise «les responsables politiques et militaires français» de l’époque soupçonnés d’avoir fourni des armes au régime rwandais, avant et pendant le génocide de 1994.
«Nous avions déjà porté plainte en 2015, mais cette plainte avait été rejetée au motif, notamment, que des ministres ne peuvent être jugés que par la Cour de justice de la République. Le Parquet avait alors considéré que la plainte ne visait que les ministres et le président de la Répu­blique d’alors, mais il y a en fait énormément d’autres res­pon­sabilités qui sont à rechercher dans les cabinets ministériels ou chez les responsables militaires», expli­que Thomas Borrel, porte-parole de Survie. «Cette fois, en nous constituant partie civile, nous espérons bien pousser le Parquet à ouvrir une instruction», pointe-t-il.
jeuneafique.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here