PARTAGER

Entre les candidats Emmanuel Macron et Marine Le Pen, le Président Macky Sall affiche la neutralité. Toutefois, il souligne l’obligation pour la France de continuer à traiter avec les pays africains. Si Paris opte pour une autre politique, le continent en tirera toutes les conséquences, fait savoir le dirigeant sénégalais.

Le chef de l’Etat sénégalais n’a pas de préférence pour l’un des candidats au second tour de la Présidentielle française. S’expri­mant sur les ondes de Rfi hier, le Président Macky a déclaré d’emblée : «Non, je ne peux pas avoir une préférence. Les élections en France, c’est l’affaire du Peuple français.» Ce qui, du coup, le pousse à indiquer : «Nous attendons le choix du Peuple français et nous travaillerons avec celui ou celle que le Peuple français choisira.»
Poursuivant son propos, le dirigeant sénégalais dira préférer «afficher la réserve». Toutefois, il ne s’est pas empêcher d’avancer : «Mon sentiment en tant qu’Africain est connu. Nous Africains, nous pensons que la France a l’obligation de traiter avec l’Afrique. C’est notre sentiment. Donc, si demain la France opte pour une autre politique, évidemment l’Afrique tirera toutes les conséquences qui en découleront.»
Le Président sénégalais est convaincu que «c’est dans la coopération, l’amitié que nous pourrons continuer à bâtir des relations historiques, solides, confiantes et nécessaires à la France et à l’Afrique» ; d’où cette annonce de Macky Sall : «Nous continuerons ce voisinage, cette relation qui est devenue même parentale puisqu’elle est tellement historique, ancienne et importante pour l’Afrique et la France.»
En guise d’avertissement, le chef de l’Etat sénégalais lance : «Je pense qu’on doit faire attention sur cette relation avec l’Afrique.»
Les électeurs français doivent élire le dimanche 7 mai un nouveau président de la République qui succédera à François Hol­lande. Le scrutin oppose Em­manuel Macron, candidat du mouvement En Marche !, arrivé en tête à l’issue du premier tour avec 24,01% des suffrages, et la candidate du Front national (Fn), Marine Le Pen, qui avait obtenu 21,3% des voix sorties des urnes.
mdiatta@lequotidien.sn 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here