PARTAGER

En France, on connaît la composition du gouvernement de Jean Castex. L’annonce a été faite ce lundi, en début de soirée, sur le perron de l’Elysée comme le veut la tradition. Quelques surprises, mais peu de grands changements et une montée en puissance des ministres de droite à deux ans de la Présidentielle.
Bruno Le Maire, confirmé au ministère de l’Economie et de la relance, Gérald Darmanin à l’Intérieur, – un portefeuille ultra stratégique -, Sébastien Lecornu transféré aux Outre-mer, une entrante Roselyne Bachelot, an­cienne ministre de Nicolas Sar­kozy, à la Culture, le tout sous le contrôle d’un Premier ministre Jean Castex, lui aussi venu de la droite.
A deux ans de la Présidentielle, après une poussée écologiste aux Municipales et un épisode pandémique, Emmanuel Macron choisit donc de renforcer son aile droite, ou en tout cas de lui faire confiance, de s’appuyer sur des ministres issus de la droite.
Une manière aussi de gêner les ambitions présidentielles dans ce camp : le Premier ministre Jean Castex et le nouveau ministre de l’Intérieur Gérald Dar­manin ont tous deux travaillé avec Xavier Bertrand notamment.
A noter toutefois qu’outre Roselyne Bachelot, chroniqueuse et plus responsable politique ces dernières années, tacle la jeune garde LR, Emmanuel Macron n’a pas réussi à débaucher à droite de nouveaux profils. Pas d’hémorragie au parti Les Républicains où ce lundi soir ils étaient plusieurs à pousser un ouf de soulagement.
Pour mener à bien la relance, – le premier grand chantier du nouveau gouvernement -, l’Exécutif a décidé de ne pas bouleverser le ministère de l’Economie. Bruno Le Maire en reste le titulaire. Si son comparse du Budget Gérald Darmanin a obtenu son transfert à l’In­térieur, le reste des équipes demeure en place pour mener les lourds chantiers qui s’annoncent.
C’est sans donc grande surprise que Bruno Le Maire garde son poste. Avant l’annonce du remaniement, nulle rumeur ne lui voyait de remplaçant. Son ministère est même élargi pour devenir celui de l’Economie, des finances et de la relance.
C’est que la sortie de l’été s’annonce pleine de menaces pour la santé des entreprises, et l’emploi avec une vague de plans sociaux redoutés et son cortège de chômeurs. Bruno Le Maire et son équipe devront rester au chevet de l’économie frappée de récession et boucler l’ambitieux plan de relance attendu pour après l’été.
Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here