PARTAGER

Le Tribunal a statué  hier sur le cas de fraude à l’examen du Bfem. Les prévenus Abdoul Aziz Baldé et Pape Waly Dione,  qui comparaissaient respectivement pour fraude à l’examen et substitution de candidature, ont été condamnés à 1 mois avec sursis.

Cette fin d’année scolaire a été escortée de nombreux cas de faraude aux examens. Abdoul Aziz Baldé, élève du collège d’enseignement Joseph Félix Corréa, fait partie des potaches qui ont tenté de frauder au Bfem. Il a sollicité son ami Pape Waly Dione pour qu’il compose à sa place lors des épreuves d’instruction civique, d’histo-géo, d’anglais. Finalement, cet élève en classe seconde au lycée Limamou Laye de Guédiawaye, a été appréhendé grâce à la vigilance des autres candidats qui l’ont dénoncé auprès du président du jury. Selon les dépositions d’Alioune Sène contenues dans le procès-verbal, des candidats se sont présentés dans son bureau pour lui signaler un cas suspect de fraude. Ils faisaient état d’un garçon qui a pris la place d’un candidat au nom de Abdoul Aziz Baldé qui a composé la première épreuve de l’examen à savoir la dissertation française. Les élèves confiaient ainsi au président de jury qu’ils auraient vu un autre individu composer à sa place pour les autres épreuves.
Pour en avoir le cœur net, Alioune Sène s’est présenté dans la classe en question. Ainsi, il a sommé l’intrus de lui montrer sa carte d’identité. Il lui a fait croire qu’il l’a perdue. Ensuite, Alioune Sène a menacé de porter l’affaire devant la police s’il ne lui dit pas la vérité. Acculé, il a finalement craqué en reconnaissant  les faits.
Comparaissant hier respectivement pour fraude à l’examen et substitution de candidature, Abdou Aziz Baldé et Pape Waly Dionne ont été condamnés à 1 mois avec sursis. Devant la barre, les prévenus ont fait des aveux circonstanciés. Pape Waly Dionne vide son sac : «Deux jours avant l’examen, il est venu me voir pour me demander de faire le Bfem à sa place parce qu’il avait peur. J’ai accepté. C’est ainsi que le jour J, je me suis présenté au centre à 10 heures pour la 2e épreuve. De 10 h à 12h, j’ai fait la dictée et le texte suivi de questions avant de revenir le soir (après-midi) pour faire l’épreuve de la science de la terre et l’anglais.  Le lendemain, je suis revenu pour les épreuves de maths et d’histoire et de géographie que j’ai faites jusqu’à 12h. L’après-midi, lorsque j’ai terminé l’épreuve d’instruction civique, le surveillant m’a demandé de lui présenter ma carte d’identité en rendant ma copie.» Baldé précise : «J’avais peur car après l’épreuve de dissertation que je sais faire, je me suis rendu compte que j’avais fait hors-sujet. C’est pourquoi, j’ai sollicité les services de Pape Waly (Dionne) pour composer à ma place. «Qu’elle fierté tu aurais si tu réussissais ton Bfem»,  interroge le Parquet qui lui dit «qu’il n’y a pas de solution miracle et que seul le travail paie. Un jour, il  te dira que c’est lui qui a fait le Bfem à ta place».
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here