PARTAGER

90 mille 353 tonnes, c’est le volume total de fruits et légumes importés par le Sénégal cette année. Et pour la production locale, 953 mille tonnes de légumes ont été enregistrées et 253 mille 500 tonnes de fruits. Un avant-projet de loi est en gestation pour limiter l’utilisation des pesticides comme intrants.

En 2016, le Sénégal a importé 90 mille 353 tonnes de fruits et légumes. L’annonce a été faite hier par Papa Sam Guèye, administrateur général du Centre régional de recherche éco toxicologie et sécurité environnementale (Ceres Locustox), lors d’un atelier sur la capitalisation des données de surveillance de la qualité sanitaire des produits agricoles. A cette occasion, M. Guèye a rappelé que le pays a produit 953 mille tonnes de légumes en 2016, soit une hausse de plus de 200 mille tonnes, comparée à l’année 2015, qui était de 741 mille tonnes. Concernant les fruits, une augmentation de 500 tonnes a été notée. De 253 mille en 2015, le pays est passé cette année à 253 mille 500 tonnes. Cette hausse de la production est souvent  liée à l’utilisation de certains intrants. Et ces derniers, s’ils ne sont pas contrôlés, peuvent s’avérer néfastes pour la santé du consommateur ; d’où l’importance d’élaborer un avant-projet de loi qui aura pour objectif de fixer les limites maximales de résidus de pesticide qui seront présents dans les produits agricoles. A cet effet, un atelier technique a été organisé hier par le Ceres Locustox et le ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural.
L’on retiendra que pour avoir un avant-projet de loi, il faudra établir la qualité sanitaire des produits agricoles cultivés et destinés au marché local. En même temps, proposer une qualité sanitaire des produits agricoles importés. Un contrôle strict de la conformité sanitaire des produits agricoles destinés au marché européen devra être fait. Et enfin déterminer la qualité sanitaire de l’eau d’irrigation des cultures.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here