PARTAGER

Avec 31 sièges sur 53 aux élections législatives, les alliés du Président Barrow seront majoritaires au Parlement gambien. Les résultats définitifs de ces élections législatives donnés hier tournent définitivement la page Jammeh. Le parti de l’ex-Président n’a remporté que 5 sièges. Avec ce score, le nouveau gouvernement pourra faire passer les réformes promises par le Président Barrow.

La page du régime de Jammeh est définitivement tournée. Avec les élections législatives qui ont vu les alliés du Président Barrow remporter 31 sièges sur 53, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre en Gambie après 22 ans de dictature. La Commission électorale indépendante a annoncé hier la victoire du Parti démocratique unifié (Udp). Avec ce résultat, le camp de Adama Barrow vient d’avoir «une confortable majorité par rapport aux partis qui le suivent en nombre de sièges», à l’Assemblée nationale. Il s’agit du  Parti de la réconciliation na­tionale (Nrp) de la coalition au pouvoir, le Congrès démocratique de Gambie (Gdc) et l’Aprc, le Parti de Yahya Jammeh, avec cinq députés chacun. La nouvelle Assemblée post-Jammeh sera ainsi contrôlée «dans son ensemble par les partis de la coalition au pouvoir depuis décembre 2016» qui ont remporté 42 circonscriptions. Ce résultat va permettre au gouvernement de «faire passer les réformes promises par le Président Adama Barrow». Il faut aussi noter que ce dernier aura la possibilité de nommer les cinq députés supplémentaires de son choix. Ce qui fera un total de 58 députés siégeant à l’Assemblée nationale.
Premier scrutin après la chute du Yahya Jammeh, ces élections confortent le changement voulu par le Peuple gambien après 22 ans de dictature et de détention du pouvoir par l’Alliance pour la réorientation et la construction patriotiques (Aprc), le parti de l’ex-homme fort de Banjul. Ce parti est aujourd’hui loin de son score des précédentes élections, il n’a remporté que 5 sièges. Selon Radio France internationale (Rfi), tous ces sièges ont été obtenus «dans la région de Foni», fief du Président Jam­meh. S’agissant du taux de participation, il est estimé à 42% ; donc en baisse par rapport à l’élection présidentielle. L’enjeu n’étant pas le même. Mais n’empêche, il y en avait un, celui de renouveler l’Assemblée qui était presque entièrement contrôlée par le parti de l’ancien Président. Même si les alliés de Barrow seront majoritaires au Parle­ment, il y aura un peu plus de diversité, vu que les autres partis y seront représentés.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here