PARTAGER

Yahya Jammeh, après 22 ans passés à la tête de la Gambie, a reconnu sa défaite devant le candidat de l’opposition, Adama Barrow. Dans une déclaration diffusée sur la télévision nationale, il a déclaré que «c’est une victoire très nette. Je ne vais pas résister à la volonté divine». L’enfant de Kanilai compte maintenant se lancer dans l’agriculture dans son village natal.

«Même si mon opposant l’avait emporté avec un vote d’avance, j’aurais accepté les résultats du scrutin». A travers cette déclaration contenue dans son allocution télévisée, Yahya Jammeh a reconnu officiellement sa défaite à la Prési­den­tielle gambienne. L’hom­me du 22 juillet 1994, a créé la surprise en reconnaissant sa défaite de cette manière. Les craintes de certains observateurs par rapport à des  violences  au cas où l’opposition serait victorieuse se sont envolées laissant la place à une alternance apaisée. Le Jammeh qu’on connaissait avec ses déclarations fracassantes a mis cette fois-ci de l’eau dans son vin face à la volonté populaire.  «C’est une victoire très nette. Je ne vais pas résister à la volonté divine», a-t-il dit à la Télévision nationale.
L’homme, qui aime toujours s’habiller en blanc et qui ne se sépare presque jamais de son livre saint, son chapelet et sa canne, range sa perte du pouvoir dans le compte de la volonté de Dieu. Il dit : «En tant que musulman authentique, je crois aux décisions de notre Seigneur et je n’essaye jamais de les contourner ou de ne pas y croire. J’étais venu au pouvoir un vendredi 22 Juillet 1994. Et aujourd’hui vendredi 02 décembre 2016,  je quitte le pouvoir».
Dans son message, il a interpellé le Peuple qu’il a fait «souffrir» pendant ses années de règne en ces termes : «Vous, Gambiens, vous avez décidé que je devais partir. Vous avez choisi quelqu’un pour diriger votre, notre pays et je vous souhaite le meilleur ». Ces tergiversions notées dans son discours montrent l’état d’esprit de Yahya Jammeh après sa surprenante et cuisante défaite.
A l’endroit de son bourreau, Adama Barrow, il dira : «Main­te­nant les rênes du pays sont entre vos mains et vous allez être Président. La passation de services se fera au mois de Janvier. Vous allez devoir travailler avec moi avant que je ne parte à Kanilai pour que je vous lègue l’Etat. Vous êtes le président élu maintenant de notre pays, et je n’ai aucune mauvaise volonté. Je ne peux que vous souhaiter le meilleur.»
Au cours de cette allocution, le vaincu, par ailleurs Président sortant a révélé ses projets de l’après pouvoir. Du confort du State house, le Palais présidentiel gambien, Jammeh compte se diriger vers l’agriculture dans son village natal de Kanilai, situé à proximité de la Casamance.
Auparavant, le président de la Commission électorale indépendante,  Alieu Momar Njie a été le premier à déclarer publiquement que Yahya Jammeh a reconnu sa défaite.
Alioune Tine, directeur du bureau régional pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre d’Am­nesty international a, à travers un tweet annoncé que Adama Barrow a reçu un appel de félicitations de son prédécesseur.
Selon les résultats provisoires de la Cei, l’opposant a devancé le Président sortant de 51 416 voix. Il relève de ces décomptes que Adama Barrow a obtenu 263 515 voix contre 212 099 pour son prédécesseur, soit 45,5 % pour le premier et 36,6 % pour le second.
msakine@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour. Force est de reconnaître qu’il n’a pas été une marionnette des occidentaux
    Contrairement à d’autres qui ne doivent leur règne sur l’appui de l’Occident. En quoi est-ce une surprise lorsqu’il reconnaît sa défaite ? Évitons de diaboliser tout ce qui est anti blanc

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here