PARTAGER

Ce sont nos confrères de Libération qui ont donné l’info la semaine dernière : la gestion de l’Arène nationale et du Dakar Arena (Palais des sports) sera finalement confiée au ministère des Sports et non aux «privés» comme l’avait annoncé le Directeur général de la Sogip, Gallo Ba. Une décision qui a de quoi surprendre si on voit la manière dont la tutelle gère, entre autres, le stade Léopold Senghor, en pleine agonie.

Lors de la cérémonie d’inauguration du Dakar Arena, dans son discours, le Directeur général de la Société de gestion des infrastructures publiques dans les pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose (Sogip), M. Gallo Bâ, avait révélé que le Dakar Arena et l’Arène nationale seront gérés «par des privés». Mais selon le quotidien Libération, le président de la République en a décidé autrement. D’après nos confrères, le chef de l’Etat a confié la gestion de ces deux infrastructures «à un Comité de gestion qui sera logé au ministère des Sports. Et un directeur sera porté à la tête de ce comité». Une décision qui a de quoi surprendre si on sait que la tutelle a fini de montrer ses limites en matière de gestion et de réhabilitation des infrastructures sportives. L’exemple du stade Léopold Senghor est là pour le prouver. En effet, à voir l’état actuel du «temple» de notre football en pleine agonie, il y a de quoi s’inquiéter si demain on confie ces deux nouveaux complexes de
dernière génération au ministère des Sports. D’ailleurs en vue du match des Lions à Dakar contre le Soudan le mois prochain et comptant pour la 3e journée des éliminatoires de la Can 2019, une opération-commando est menée au stade Senghor depuis quelques semaines pour «récupérer» une pelouse qui est tout sauf de qualité. Demandez à Sadio Mané et Cie qui ont fini d’ironiser sur «la meilleure pelouse d’Afrique». Le stade Iba Mar Diop à l’agonie depuis le départ des militaires En fait, voilà un stade qui a été laissé à son sort, qui manque de tout et où tout est à refaire : pelouse, gradins, toiture, projecteurs, etc. Ne restons pas seulement à l’intérieur, à l’extérieur c’est la catastrophe avec un parking (voir encadré) encombré et encombrant, garni par une occupation sauvage enveloppée par des déchets qui donnent un décor insoutenable. Pourtant l’idée de confier le Dakar Arena et l’Arène nationale à des privés aurait été une forme
de rupture et aurait aussi rassuré tous ceux qui ont émis des inquiétudes par rapport à la maintenance de nos infrastructures. On a en mémoire le stade Iba Mar Diop qui avait fini de faire sa mue du temps où il était géré par des militaires. Depuis ce stade niché en plein Médina est lui aussi à l’agonie. Un Comité de gestion mort-né au stade Senghor il y a quelques années D’ailleurs l’annonce d’un Comité de gestion pour la maintenance d’une infrastructure n’est pas une nouveauté. Une telle structure avait été créée il y a quelques années pour gérer le stade Senghor. On connaît la suite… Comme quoi, il y a lieu de s’inquiéter quant à la survie du Dakar Arena et de l’Arène nationale dont le coût global atteint les 98 milliards Cfa. Croisons les doigts et prions ! Le Quotidien a tenté plusieurs fois de joindre Cheikh Sarr, le directeur des Infrastructures au ministère des Sports, mais en vain.

Déguerpissement du parking de «Senghor» 11 mois après la sommation du préfet, toujours rien !
Le Quotidien révélait en exclusivité, en octobre 2017, le déguerpissement au niveau du parking du stade Léopold Senghor. Les occupants du parking dudit stade avaient en effet reçu une sommation du préfet leur demandant incessamment de quitter les lieux. Une décision de l’Etat qui entendait désengorger les alentours du stade Senghor avant le match contre l’Afrique du Sud, du 14 novembre 2017, comptant pour la dernière journée des qualifications du Mondial 2018. Après plusieurs alertes ou fausses alertes, toujours rien n’a bougé 11 mois après. En dépit des assurances du ministre des Sports, les mécaniciens et autres occupants défient toujours l’autorité dans un décor invivable pour des riverains enveloppés par une totale insécurité. Ainsi va le Sénégal !

hdiandy@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here