PARTAGER

Le ministère de l’Education a élaboré le calendrier de reprise des cours à partir du 2 juin. Pour éviter la propagation de la pandémie à l’école, plusieurs décisions sont prises telles que le port obligatoire du masque pour tout le monde.

L’Etat est décidé à rouvrir les écoles le 2 juin. Pour éviter une vague de contaminations dans les établissements, des dispositions devront être mises en place d’ici cette date. D’abord les responsables de chaque Comité régional Covid-19 doivent, à partir du 28 mai, déterminer les heures de démarrage et de fin des cours dans la fourchette comprise entre 9h et 15h. Dans le plan opérationnel de reprise, il est mentionné le port obligatoire du masque pour les enseignants, les élèves et le personnel administratif. Le respect de la distanciation dans les salles de classe avec 1 élève par table et assis en zigzag, un groupe d’au plus 20 élèves par salle de classe dans le respect de la distanciation sociale (1,5 m) devrait être en vigueur. Donc, les salles de classe devront être systématiquement aérées. Et pour la recréation, les chefs d’établissement seront invités à alterner et faire surveiller les pauses pour éviter toute forme de regroupement, mais aussi à suspendre les cours d’Education physique et sportive (Eps). Parmi les mesures de prévention, il y a aussi le nettoiement et la désinfection des structures d’éducation et de formation (services, écoles). Ainsi, un dispositif de nettoiement et d’entretien régulier des écoles (toilettes, réfectoires, etc.), avec à l’appui en dotation en kits sanitaires, à savoir les thermo-flashs, mas ques normés, dispositifs de lavage des mains, lave-mains, gels hydro-alcooliques. En tout, il faut avant la réouverture une disponibilité de matériels de protection sanitaire et médicaments dans les établissements.

A la reprise, la vente d’aliments dans et aux alentours des écoles et établissements est également interdite en permanence. Et pour faire face à toute éventualité, une équipe d’alerte et de veille, chargée de l’application effective des mesures dans les écoles et établissements, doit être mise en place, ainsi que l’aménagement d’un espace d’isolement. Le 2 juin 2020, ce sont les élèves des classes de Cm2, 3ème, élèves-maîtres, élèves de Terminale de l’enseignement général et technique et les élèves candidats aux examens d’Etat de la formation professionnelle qui sont attendus à l’école. L’arrêt des cours pour cette catégorie est fixé au 31 juillet 2020. «Ce scénario est l’option à privilégier, tout en encadrant la transition par des mesures sanitaires adaptées (conditions minimales définies par les autorités médicales) avec la reprise progressive des enseignant(e)s, faire fonctionner les classes d’examen, répartir les élèves par petits groupes de manière à respecter strictement les mesures barrières jusqu’à la fin de la pandémie, mettre à profit tous les enseignants et toutes les salles de classe pour gérer les classes d’examen en attendant la venue des élèves des classes intermédiaires», recommandent les observations et avis sur la question.

En outre, les ministères de l’Education nationale et de l’Emploi, de la formation professionnelle et de l’artisanat ont, dans la note d’orientation pour la reprise des cours, élaboré un calendrier des examens et concours. Pour le Certificat de fin d’études élémentaires (Cfee), les dates proposées sont le lundi 27 et le mardi 28 juillet 2020, alors que pour le Brevet de fin d’études moyennes (Bfem), c’est à partir du lundi 17 août 2020.
Concernant le Baccalauréat, les épreuves d’Education physique et sportive (Eps) restent suspendues aux décisions qui seront prises en rapport avec le ministère de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation. Alors que les épreuves facultatives, c’est du mercredi 24 au samedi 27 juin 2020, la philosophie, le mercredi 15 juillet 2020. Quant aux épreuves du Bac général, elles se dérouleront à partir du mercredi 5 août 2020 selon les observations.
Pour un retour réussi, il est recommandé l’effectivité des mesures de sécurité sanitaire dans chaque école et établissement qui est une condition indispensable pour le retour en classe, mais aussi mettre à contribution les ministères en charge de la Jeunesse, de la Santé et des Sports pour mobiliser respectivement le Service civique national, la Croix-Rouge et les Asc, impliquer et intégrer dans le dispositif tous les acteurs locaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here