PARTAGER

La direction générale, par voie de presse, vient d’apprendre que le Dr Tamsir Mbaye de l’intersyndicale a fait une sortie médiatique pour alerter, en ces termes, «sur une situation préoccupante avec une crise financière aiguë». Face à cette déclaration très regrettable, des mises au point s’imposent pour éclairer l’opinion et lever toute équivoque tendant à ternir l’image de notre prestigieux institut qu’est l’Isra, plus connu dans ses innombrables innovations et réalisations en termes de recherches et de technologies, et non dans des dénonciations injustifiées. Pour ramener à la raison les auteurs de cette sortie, je les invite à retenir ceci :

1-) De prime abord, je tiens à réaffirmer l’appui constant que le ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural apporte à l’Isra dans la prise en charge de ses problèmes. A ce jour, les agents de l’Isra ont régulièrement reçu leurs salaires, sans exception, même si des retards sont parfois observés d’un mois à l’autre. 2-) Ensuite, par rapport à la question relative à la mobilisation de ressources financières dont parle Dr Tamsir Mbaye, il y a lieu de préciser que des stratégies, en étroite collaboration avec le ministère, sont mises en œuvre pour respecter tous les engagements de l’Isra, aussi bien vis-à-vis des partenaires sociaux que des partenaires scientifique, technique et financier. En ce sens, le Ministre de l’agriculture et de l’équipement rural (Maer), en tant que scientifique engagé et dévoué à la cause des chercheurs, a toujours soutenu l’Isra, à chaque fois qu’il y a des difficultés ; et ce, en fonction de ses possibilités. 3-) Par ailleurs, lorsque Dr Tamsir Mbaye, parlant du ministre, indique «nous l’avons relancé par une correspondance épistolaire, malheureusement sa réponse évasive témoigne de son incapacité à prendre en charge les problèmes posés ou une certaine indifférence», il y a lieu de se poser la question de savoir qu’est-ce qui est derrière cette subite agitation. En effet, étant donné que la réponse du ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural à l’Intersyndical de l’Isra ne date que du 6 novembre 2018, il me semble évident que les partenaires sociaux n’ont pas donné de temps à la tutelle pour démarrer les négociations avec les services compétents de l’Etat. 4-) L’Intersyndicale doit se rendre à l’évidence, en toute responsabilité, que la tutelle n’a jamais ménagé aucun effort pour aider l’Isra. C’est le cas, d’ailleurs, lorsqu’il s’est agi de stabiliser le personnel de son Centre régional d’excellence basé à Thiès (Isra/Ceraas), dont la déflation allait fragiliser l’Isra et remettre en cause l’excellence de ses travaux de recherches. Et parlant d’excellence, le chef de l’Etat n’a jamais manqué de féliciter l’Isra pour le travail remarquable accompli, en contribution à l’atteinte des objectifs du Pracas, de la campagne nationale de vaccination avec le Mepa et dans l’évaluation des ressources halieutiques (Mpem) et la sauvegarde des ressources naturelles, dans un contexte de mitigation et d’adaptation aux changements climatiques (Maer/Medd). La dernière en date fut la cérémonie de remise de la Médaille d’or de l’Académie d’agriculture de France au palais de la République où le Président Macky Sall a vivement félicité toute l’équipe de l’Isra. 5-) Il faut également signaler que la tenue de la session du Comité scientifique et technique (Cst) de l’Isra, du 5 au 8 novembre 2018, a été possible grâce à un financement additionnel du ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural, sans laquelle l’évaluation des activités planifiées pour 2019 ne pourrait être réalisée par ledit comité composé de scientifiques de haut niveau qui sont venus, pour la plupart, d’institutions internationales et régionales. 6-) Enfin, il faut ajouter que le ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural a toujours soutenu financièrement l’Isra dans la reconstitution du capital semencier et la mise en œuvre de programmes spéciaux. Et c’est ce qui nous a valu tous ces records enregistrés ces dernières années dans les productions agricoles. En définitive, il me faut rappeler que l’Isra doit demeurer une institution de référence pour répondre à sa vocation première et que le sens de la responsabilité doit être érigé en priorité pour que nous puissions préserver les acquis déjà notés dans le secteur agricole. C’est à cela que j’invite tous, en réaffirmant l’engagement de la direction générale et celui des plus hautes autorités, à apporter des réponses appropriées face aux défis quotidiens de l’Isra. Je fais un appel à l’ensemble du personnel de l’Isra à travailler dans cette direction pour maintenir le cap de l’excellence.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here