PARTAGER

Un container de 40 pieds comme éco-boutique, une charrette pouvant transporter 500 kilos de déchets et des bacs de colorés : Tels sont les outils avec lesquels la mairie de Rufisque-Est compte déployer sa nouvelle technique de collecte-valorisation des déchets. Le lancement du projet s’est fait jeudi à Thiawlène, quartier-pilote pour la commune. «Dans le cadre d’un financement de l’Etat du Sénégal et l’Etat français, nous sommes parvenus à mettre en place une gouvernance pour la gestion des déchets solides», a expliqué jeudi Boubacar Albé Ndoye, maire de Rufisque-Est. «Nous avons développé des outils qui nous permettront à l’échelle d’un quartier de pouvoir gérer correctement les déchets, c‘est-à-dire la mise en place de différentes poubelles, la sensibilisation et la formation des populations sur le tri sélectif, mais aussi avoir un site pour recueillir tout ce qui est déchet et ensuite faire une revente de ces produits pour permettre aux populations d’avoir non seulement de l’emploi, mais aussi de rendre leur quartier propre», s’est-il félicité. «Ce qui est innovant dans ce projet, nous avons déployé une charrette qui peut transporter 500 kilos de déchets et qui fait supporter uniquement 30 kilos au cheval pour ne pas trop fatiguer l’animal. C’est un produit qui a été développé par nos partenaires français», a-t-il relevé. Fruit de la coopération entre Rufisque-Est et la commune de Soler (France), le projet de valorisation des ordures va se faire en intercommunalité entre la ville de Rufisque et les trois communes. «Ce projet se fait sous l’égide de l’intercommunalité de Rufis­que entre la ville et les trois communes et nos partenaires français viennent en appoint pour nous accompagner techniquement», a noté M. Ndoye, faisant savoir qu’un autre quartier de Rufisque-Nord et un autre de Ru­fisque-Ouest vont aussi recevoir leurs outils pour la phase pilote.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here