PARTAGER

Le Comité national Itie Sénégal veut mettre en place un portail public d’information intégré. Cet outil numérique dont l’étude de faisabilité a été présentée hier devrait permettre, entre autres, de centraliser et de partager les données du secteur extractif.

Un nouveau jalon dans la gestion des ressources du secteur extractif au Sénégal. Au-delà de la publication annuelle de rapports relatifs à l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (Itie), le Comité national Itie entend rendre les données dudit secteur plus accessibles pour les contribuables sénégalais. Pour cela, le Cn-Itie a décidé de mettre en place un portail public d’information intégré. Cet outil numérique dont l’étude de faisabilité a été présentée hier devrait permettre, entre autres, de centraliser et de partager les données du secteur extractif.
En effet, relève le Cn-Itie qui pilote le projet, «les données sont actuellement échangées sporadiquement entre les institutions», notamment les régies financières de l’Etat, les services de l’Environne­ment, le ministère des Mines, les industries, le Cn-Itie… Mais, notent les collaborateurs du Pr Awa Marie Coll Seck, présidente du Cn-Itie, «il n’y a pas de partage régulier de ces informations entre tous les services. La plupart des ministères et institutions disposent de systèmes informatiques pour gérer leurs données relatives au secteur extractif et divers nouveaux systèmes sont en voie d’être mis en œuvre, mais ne sont pas encore opérationnels».
A ce propos, indique le secrétaire général du ministère des Finances et du budget, «le ministère des Finances s’est depuis plusieurs années tourné vers la modernisation de ses systèmes d’information et la dématérialisation des procédures. En effet, l’échange d’informations par voie électronique entre la Direction générale des impôts et domaines (Dgid) et la Direction générale des douanes (Dgd) se poursuit pour améliorer la mobilisation des recettes. Depuis l’année 2018, les informations relatives aux importations et aux exportations sont communiquées à la Dgid sur une base semestrielle. Cet échange a permis d’enrichir la banque de données fiscales avec des rapports mis à jour par semestre…». Abdoulaye Samb ajoute que «le ministère des Mines possède aussi un logiciel de cadastre minier qui lui permet de faire un suivi des opérations minières. Le ministère du Pétrole a pour sa part annoncé la mise en place prochaine d’un cadastre pétrolier». Ainsi, considère-t-il, «l’étude de faisabilité vient renforcer la dynamique de modernisation des outils des Adminis­trations et permettra certainement de créer une passerelle avec les différents acteurs du secteur. De même, la mise en place d’une plateforme de partage des données, moderne, compatible avec tout système permettra de centraliser les informations du secteur extractif et de répondre aux attentes de l’Itie».
L’étude de faisabilité réalisée par le cabinet Revenue development foundation (Rdf) a ainsi fait état de «la capacité des infrastructures informatiques déployées au sein de certaines institutions pour la gestion des données du secteur extractif, ainsi les textes de loi régissant les finances publiques au Sénégal». Avant de préciser que «les conditions essentielles pour l’implémentation d’un système fédérateur semblent réunies».
La présidente du Cn-Itie Sénégal et son équipe comptent ainsi sur le soutien de toutes les entités déclarantes pour la mise en place effective de ce portail public d’information d’ici la fin de l’année. Pour la gestion de cette plateforme de données du secteur extractif, Pr Awa Marie Coll Seck souhaite qu’elle soit assurée par le ministère des Finances et du budget.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here