PARTAGER
Amadou Diaouné, Sg du Sudes

Dans un communiqué, le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes) «déplore et dénonce la reculade du gouvernement sénégalais face aux pressions et chantage inacceptables des autorités turques quant au sort des établissements scolaires Yavuz Selim, qui regroupent des milliers d’élèves sénégalais». Pour le syndicat d’enseignants, «le statu quo ante doit être maintenu pour éviter toute perturbation préjudiciable aux enseignements-apprentissages durant l’année scolaire en cours», car «sont à prendre en compte absolument, les intérêts des élèves et enseignants sénégalais mais aussi du personnel enseignant turc, qui ne doit pas être sacrifié en le jetant dans la «gueule du loup» en violation des droits humains élémentaires, sur injonction du gouvernement turc sans discernement et retenue».
Par ailleurs, le Sudes «exprime sa profonde solidarité aux travailleurs et au peuple turcs en général, aux enseignants en particulier, surtout à ceux du syndicat Egetim-Bir-Sen une des grandes victimes de la  chasse aux sorcières». Il rappelle que depuis le coup d’Etat avorté du 15 juillet 2016 contre le pouvoir en place en Turquie «plus de 40 000 enseignants dont 3 600 universitaires ont perdu leur emploi» et «exige du gouvernement turc, l’arrêt immédiat de la répression sauvage, le rétablissement dans leur droit et le respect des droits humains élémentaires dont les libertés démocratiques qui constituent le socle primaire de l’Etat de droit».
bdavid@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here