PARTAGER

Le Sénégal va se soumettre à une nouvelle évaluation des performances de la gestion des finances publiques par une méthodologie Pefa. L’atelier de démarrage de cet exercice a eu lieu hier à Dakar.

Le Sénégal va se soumettre à une évaluation des performances de sa gestion des finances publiques par la méthodologie Pefa ou Programme d’examen des dépenses publiques et d’évaluation de la responsabilité financière. L’atelier de démarrage, qui a eu lieu hier à Dakar, a été saisie par Mme Cécile Tassin-Pelzer, premier conseiller et chef de coopération à la Délégation de l’Union européenne, pour expliquer que cet exercice «va permettre au Sénégal de disposer d’une nouvelle base d’information permettant d’apprécier le système de gestion des finances publiques, de confirmer les progrès accomplis et de dialoguer sur les stratégies et les priorités de réforme».
Cette évaluation est «indis­pensable» pour une gestion efficiente des programmes et projets du pays, assure M. Bassirou Samba Niasse, Secrétaire général du ministère de l’Economie, des finances et du plan. Régulièrement utilisée dans les pays en développement et les économies émergentes pour évaluer la performance des systèmes de gestion des finances publiques, la méthodologie Pefa a déjà été utilisée par le Sénégal dans le passé. «L’évaluation en 2011 avait mis en exergue le dynamisme et les efforts déployés par le gouvernement pour l’amélioration du système de gestion des finances publiques», souligne Mme Tassin-Pelzer. Aujourd’hui, de nombreuses avancées ont été enregistrées par le Sénégal grâce aux réformes relatives à la mobilisation des ressources internes avec l’amélioration des systèmes d’information et l’application de la télédéclaration et du télépaiement, indique Mme Tassin-Pelzer. S’y ajoute le dépôt dans les délais du rapport sur l’exécution des lois de finances, grâce à des efforts consentis par le ministère de l’Economie, des finances et du plan et la Cour des Comptes. «Une bonne gestion des finances publiques permet une allocation optimale des ressources pour la délivrance des prestations de services et la réalisation des objectifs de l’action publique», explique M. Niasse, qui assure qu’une saine gestion des finances publiques garantit également que les recettes sont dûment recouvrées et utilisées de manière appropriée et durable. Avant cette 3e évaluation, le Sénégal a déjà subi des exercices d’évaluation de ses finances publiques en 2007 et 2011, indique M. Niasse. «L’évaluation du Pefa de 2011 a couvert les exercices budgétaires clôturés de 2008, 2009 et 2010. Cette dernière évaluation Pefa a mis en exergue les efforts réalisés dans la mise en œuvre des réformes destinées à renforcer le système de gestion des finances publiques», dit-il. Aujourd’hui, la mise en œuvre du Pefa a été précédée d’un exercice d’autoévaluation. «Cet exercice a permis à toutes les parties prenantes de mieux se familiariser avec les nouveaux outils de Pefa 2016», renseigne M. Niasse.
mamewoury@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here