PARTAGER

Pour régler le problème des inondations, il faut une vision et une volonté politique. Mais le Président Macky Sall n’en a pas, aux yeux de Aj/Pads qui a effectué une visite dans certaines zones inondées de la banlieue dakaroise.

Aj/Pads a dépêché une délégation jeudi dans des zones inondées de Cambérène et Keur Massar sous la conduite de son Secrétaire général, Mamadou Diop Decroix. A l’issue de cette visite, ce parti d’opposition a dénoncé «l’incurie du gouvernement». Dans un communiqué du Secrétariat permanent, Decroix et Cie chargent le régime de Macky Sall. «Un gouvernement doté de vision et de volonté politique est celui-là qui prend toutes les dispositions possibles et imaginables pour que les dizaines de milliards de m3 d’eau que les pluies nous apportent chaque année soient largement récupérés, stockés et gérés en sus des ressources souterraines pour mettre un terme définitif à la situation actuelle», déclarent-ils. Avant de poursuivre : «Ce qui arrive avec ces inondations n’est rien d’autre qu’une preuve supplémentaire que ce gouvernement n’est pas prêt pour les chantiers que nécessite la maîtrise des inondations tout comme il n’est pas capable de résoudre les autres situations porteuses de drames et de catastrophes dans le pays. Il faut de la vision et de la volonté politique et Macky Sall n’en a pas.»
Pour Aj/Pads, la question de l’eau ne devrait plus être source de malédictions au Sénégal. Ces opposants présents au Dialogue national estiment que la manière dont le gouvernement aborde une question des inondations est «superficielle, irresponsable et non corrélée à une vision d’avenir du pays». Decroix et Cie d’ajouter : «Le cas de Dakar est typique de ce déficit de vision. Ne couvrant que 0,3% du territoire national, Dakar est en passe d’accueillir toute la population du pays parce que, simplement, les rares opportunités qui s’offrent encore se situent à Dakar. Aucune politique capable de créer de réelles opportunités à l’intérieur du territoire national n’est mise en œuvre.» Ce parti de gauche d’accuser «la culture de la corruption aidant, les autorisations de construire sur des zones inondables sont distribuées à tour de bras».
Au vu de la situation de «désolation» et de «désarroi», la seule «alternative crédible», selon Aj/Pads, est de créer de réelles opportunités partout ailleurs dans le pays. Pis, s’émeut Aj/Pads, les politiques d’aménagement du territoire élaborées par les experts sont «délibérément ignorées par de petits notables locaux, politiciens véreux, plus soucieux de bazarder les terres des pauvres habitants que de modernisation et d’assainissement du cadre de vie». Raison pour laquelle, Aj/Pads réclame l’audit technique et financier du Plan décennal de gestion des inondations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here