PARTAGER

Exilé au Qatar depuis bientôt 5 ans, Karim Wade appelle à l’unité de tous les démocrates pour arrêter le régime «désastreux» de Macky Sall.

Karim Wade pointe le bout du nez. Du moins sur l’actualité à défaut d’un retour au Sénégal. Exilé au Qatar depuis la nuit du 23 au 24 juin 2016 (après une grâce présidentielle), le fils de Abdoulaye Wade a adressé un message de Nouvel an aux Sénégalais. «Dévastés en 2020 par une crise économique, sociale et sanitaire sans précédent, les Sénégalais attendent des mesures concrètes, immédiates et fortes : vaincre le coronavirus, relancer l’économie, répondre aux angoisses de centaines de milliers de jeunes dont le seul espoir est de quitter leur pays où ils n’ont plus de destin», écrit-il. Seulement, déplore le secrétaire général adjoint du Pds chargé de l’Organisation, de la modernisation et de l’élaboration des stratégies politiques, «comme toujours», le Président Macky Sall «a déçu les attentes des Sénégalais». Karim Wade d’ajouter : «Il n’a même pas été capable de respecter ses promesses sur une gestion ‘’sobre et vertueuse’’. Il est resté inerte et silencieux, notamment sur la vingtaine de dossiers de corruption transmis par l’Ofnac au procureur de la République.»

«Les magistrats qui composent la Crei ont perdu tout sens de l’honneur»
Condamné à 6 ans de prison ferme assortie d’une amende de 138 milliards de francs Cfa par la Cour de répression de l’enrichissement illicite le 23 mars 2015, Wade-fils peine à digérer cette sentence de la juridiction spéciale. «La Crei, juridiction d’exception, réactivée en 2012 exclusivement pour tenter de m’anéantir politiquement, est à l’arrêt depuis plus de six ans. Les magistrats qui la composent ont perdu tout sens de l’honneur et de l’impartialité et n’ont instruit aucun autre dossier depuis», dénonce-t-il. L’ancien ministre de l’Energie constate aussi que l’état des libertés publiques s’est «dégradé». Pour le responsable libéral, l’année 2020 a été marquée par des «violations systématiques des droits humains» citant les arrestations de Assane Diouf, Guy Marius Sagna et Adama Gaye «contraint à l’exil pour avoir dénoncé la mauvaise gestion de nos ressources naturelles».

«C’est dans l’union que nous ferons reculer Macky et son clan»
Face à ces graves «dérives» et bientôt à «l’interdiction pour les Dakarois d’élire leur maire», allusion à la suppression annoncée des villes, Karim Wade appelle à l’unité de tous les démocrates qui, selon lui, s’impose comme une «évidence». «Dans la bataille pour la restauration de l’Etat de droit, le Pds doit être en première ligne. C’est dans l’union que nous ferons reculer Macky Sall et son clan pour que le Sénégal redevienne un modèle de démocratie et de respect des droits de l’Homme en Afrique», a-t-il indiqué. Karim Wade fixe le cap pour le Pds en cette année 2021. Il s’agit du renforcement du socle électoral, du renouvellement démocratique des instances et de l’élaboration d’un programme «audacieux démontrant que nous sommes la seule alternative sérieuse et crédible à la politique désastreuse du régime».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here