PARTAGER
Des élèves dans la cour du collège Bosphore.

La colère ne s’estompe pas au Collège Bosphore. Après le point de presse hier dans la matinée des responsables de Baskent Egetim, qui gère jusque-là les différents établissements Yavuz Selim, les parents d’élèves ont organisé aussi dans l’après-midi un sit-in pour dénoncer le changement de direction.
Le ton ne change pas. Les récriminations sont les mêmes. Et la revendication n’est pas immuable : pas de changement de gestion. La fondation Maarif de l’Etat turc n’est pas la bienvenue dans les écoles Yavuz Selim. «Ce changement n’est qu’une étape vers la fermeture de l’école comme c’est le cas en Guinée. Nous ne sommes pas d’accord», éructe de rage  Mbayang Diop, secrétaire générale de l’Association des parents d’élèves (Ape). Mme Ndiaye et ses camaradent sollicitent une audience avec le président de la République et le ministre de l’Education nationale pour dégager les nuages.
En attendant, ils comptent sur le soutien des autorités religieuses, des députés, des maires, des syndicats d’enseignants. Et leur détermination ne faiblit pas. Comme l’atteste l’Assemblée générale d’hier.
 ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here