PARTAGER

Un incendie d’une rare violence a ravagé le village de Diaré Maboubé, un village situé dans la commune de Koulor dans le département de Goudiry. Toutes les productions agricoles de cette année ainsi que beaucoup de cases sont calcinées. Le cheptel a aussi subi les affres des flammes.
Emoi et consternation sont les sentiments les plus partagés dans ce patelin situé dans le département de Goudiry, ravagé par les flammes. Diaré Maboubé a failli presque être rayé de la carte du pays. Un incendie d’une rare violence y était entré vendredi dernier. Les dégâts causés sont énormes. Même s’il n’y a pas de perte en vie humaine, relève Sileye Mabo  Koumé, les populations sont meurtries et désappointées. «Il ne reste plus rien dans le village», s’étrangle-t-il. «Le feu a presque tout emporté dans sa furie, explique ce sinistré. Toutes les productions des cultivateurs sont calcinées dans les flammes. Actuellement, ce sont plus de 40 tonnes de graines récoltées et emmagasinées qui sont brûlées», détaille-t-il. Pour les cases, le nombre emporté par le feu est jusque-là inestimable, note le sinistré.
Les habitants ont lutté contre le feu pendant plus de 5 tours d’horloge. De 11h à  17h, c’était une lutte effrénée contre les flammes. Le vent qui soufflait dans le village avait dopé les flammes qui étaient quasi inarrêtables. Ce qui a empiré la situation. Pis encore, le village de près de 100 concessions n’a qu’un seul puits fonctionnel. Et, comble de tout, les secours sont arrivés assez tard au moment où l’irréparable était quasi fait. Il ne reste plus grand-chose dans le village complètement anéanti. La gendarmerie a actuellement ouvert une enquête pour déterminer les causes exactes de l’incendie et procédé au recensement des dégâts.
Du côté du cheptel aussi, poursuit Silèye Koumé, les bêtes n’ont pas échappé à la furie des flammes. Il y a un nombre important d’animaux complètement calcinés. Même des bœufs ont été brûlés vifs, s’est désolé notre interlocuteur, le cœur saignant encore, le regard hagard. «Aujourd’hui, nous sommes déboussolés et très inquiets.» «Nous appelons à de l’aide d’urgence sans quoi, le pire pourrait se poursuivre», alerte Koumé. Les populations sont fatiguées et très inquiètes, rajoute le jeune Sileye Mabo Koumé, qui a presque tout perdu dans le feu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here