PARTAGER

Elle répondra désormais du titre d’honorable. Maïmouna Diallo, 40 ans, remplace Abdoulaye Bosco Sadio, le député de Goudomp décédé début novembre.

La suppléante de Abdoulaye Bosco Sadio, député de Goudomp décédé début novembre, a été installée mercredi dernier. Et ce, en présence des membres de sa famille, d’une forte délégation de la commune de Souna Karantaba d’où elle est originaire. Seydi Solly, maire de ladite commune, le guide religieux El Hadji Ibrahima Solly et d’autres responsables politiques du sud ont fait le déplacement à Dakar. Née à Ziguinchor il y a 40 ans, la nouvelle députée de Goudomp se présente comme «une fille de la Casamance» qui a grandi entre le Balantacounda, le Brassou et le Pakao. Halpular bon teint, elle a fait ses humanités à l’école coranique avant d’arpenter les sentiers sinueux de l’école française qu’elle a quittée au cycle primaire. A contre cœur ! Aujourd’hui, cette commerçante de profession se bat aux côtés de son mari pour panser cette plaie à travers la scolarisation de ses enfants dont l’aîné prépare son Bac. «L’éducation, aussi bien coranique que française, est très importante pour moi», souffle-t-elle avec un brin de regret aux lèvres. Friande du couscous et passionnée de la couture et de la cuisine, Maïmouna, naturellement calme, est prête à «combattre l’injustice». «Je me suis engagée en politique pour la première fois avec Macky Sall en 2009 quand j’ai vu l’injustice qu’il a subie, mais aussi pour son programme», explique-t-elle. Dans un environnement politique hostile et avec le soutien de deux de ses camarades, elle a installé les bases de l’Alliance pour la République dans le Souna. «Membre fondatrice du parti dans le village de Karantaba, c’est une militante de la première heure de l’Apr», témoigne Fossar Souané. Le jeune responsable politique de Goudomp décrit la conseillère municipale et départementale comme «une brave militante persévérante».

L’esprit à Malamine Gomis et Abdoulaye Bosco Sadio
Maïmouna Diallo met tout sur le compte de la volonté divine. «La politique n’est pas facile», admet-elle. Les souvenirs de Malamine Gomis et de Abdoulaye Bosco Sadio restent toujours frais dans sa mémoire. «J’ai une pensée pieuse pour mes prédécesseurs qui m’ont toujours vouée du respect», témoigne la nouvelle députée. Teint clair, sourire ravageur, Maïmouna Diallo, du haut de son mètre 61, garde toujours la prestance d’une jeunesse épanouie au sein d’une famille de commerçantes dans la capitale du sud. Elle est prête à enfiler sa robe d’«honorable députée» pour défendre les préoccupions des populations de sa contrée. «Je vais tout faire pour représenter dignement le département de Goudomp. Je transmettrai les problèmes de mon département au gouvernement et ferai le suivi. Les difficultés sont nombreuses, notamment celles des femmes et des jeunes», annonce la jeune parlementaire. Avec Mariama Ndiaye de Simbandi Brassou, elles forment une paire de parlementaires femmes pour Goudomp. Cette équipe féminine ne semble nullement déranger personne. «Pas de problème à mon niveau. L’essentiel est qu’elles portent les préoccupations des populations du département. Et elles en ont les capacités pour les avoir côtoyées toutes les deux», assure Fossar Souané.
odemba@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here