PARTAGER

La Caisse des dépôts et consignations (Cdc) est bel et bien soumise aux corps de contrôle de l’Etat. C’est le ministère de l’Economie, des finances et du plan qui en fait la précision.

Au lendemain de la nomination de Aliou Sall à la tête de la Caisse des dépôts et consignations (Cdc), certaines informations faisant état d’une mutation des statuts de la boîte d’établissement public à statut spécial en société de droit privé ont circulé. Selon les services de Amadou Ba, la Caisse des dépôts et consignations (Cdc) est bel et bien soumise aux corps de contrôle de l’Etat. «La Caisse demeure dans le champ de contrôle des différents corps de l’Etat, notamment la Cour des comptes et l’Inspection générale d’Etat», informe le ministère, tout en précisant que le directeur général «a l’obligation de faire chaque année un rapport sur la mise en œuvre des directives issues des missions du contrôle soumis à l’appréciation de la Commission de surveillance».
Selon les services de Amadou Ba, la caisse «dispose d’un manuel de passation des marchés, combiné au renforcement de la gouvernance par la création d’un Comité d’investissement (constitué de personnes ayant l’expertise, qui examinent tous les projets d’investissement avant leur soumission à la Commission de surveillance), d’un Comité d’audit et de risques, ainsi que d’outils de gestion et de pilotage approuvés par la Commission de surveillance dont les pouvoirs et prérogatives ont été renforcés». Ces précisions visent à démentir les informations qui ont circulé, et portant sur les règles de gouvernance et les modalités de contrôle de la caisse. Ces informations distillées au moment où Aliou Sall, maire de Guédiawaye et par ailleurs frère du président de la République, était porté à la tête de la structure font également le lien entre sa nomination et la future exploitation de pétrole et de gaz dans le pays.
Mais le ministère de l’Economie réfute toutes ces spéculations et explique que c’est pour renforcer la gouvernance de la Caisse «en adoptant les meilleures pratiques qui permettent à l’institution d’être aux normes et standards d’investisseurs institutionnels similaires et de mieux sécuriser ses interventions afin de préserver son équilibre financier et les ressources des tiers déposants» que la loi n°2017-32 avait été adoptée par l’Assemblée nationale et promulguée le 15 juillet 2017. «L’objectif de cette loi a été également de renforcer la gouvernance de la Caisse en adoptant les meilleures pratiques qui permettent à l’institution d’être aux normes et standards d’investisseurs institutionnels similaires et de mieux sécuriser ses interventions afin de préserver son équilibre financier et les ressources des tiers déposants», souligne le ministère.
La Cdc est un établissement public à statut spécial, qui exerce des missions d’intérêt général et contribue au développement économique et social. Au nombre de ses missions, la réception et la gestion des dépôts et consignations des organismes et des particuliers ainsi que la garde des fonds disponibles de la Caisse nationale d’épargne (Cne).
mamewoury@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here