PARTAGER

Il y avait du son et de la lumière, mais aussi de belles prestations de chants, de danses et également une démonstration des techniques du kung-fu Shaolin pour célébrer la fête du printemps, marquant  le Nouvel An chinois, vendredi dernier au Grand Théâtre.
Le groupe des moines du temple de Shaolin du mont Song a ouvert le bal des festivités sous un tonnerre d’applaudissements. Puis s’en est suivie la belle chorégraphie de la danse féminine du Wang Jiayu. Les pas de danse de ces jeunes filles ont fini par réchauffer la salle même si la fraîcheur nocturne gagnait la plupart des invités qui ne pouvaient se tenir sur place pour ovationner les artistes sur scène.
La démonstration de 18 techniques supérieures du kung-fu Shaolin, le Wushu, a tenu en haleine le public venu nombreux communier avec les Chinois.
A cette heureuse circonstance, l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Sénégal, M. Zhang Xun, a magnifié le sens et la portée de l’évènement. Dans son allocution, son Excellence a indiqué que l’année qui s’achève était signe de coq tandis que cette nouvelle année porte les empreintes de chien. Dans la même veine, il a annoncé que le chien est synonyme de prospérité. C’est la raison pour laquelle, contre toute idée pessimiste, il a invité le public, notamment ses compatriotes, à chanter et danser pour accueillir le Nouvel An. M. Zhang Xung a aussi salué les relations chino-sénégalaises.
Prenant la parole à son tour, Amadou Bocoum, représentant le ministre de la Culture, a affirmé que c’est avec plein d’espoir qu’il appréhende ce Nouvel An chinois du fait que le chien est le meilleur ami de l’homme.
M. Bocoum a par la même occasion rappelé que la Chine et le Sénégal entretiennent des relations multiformes. Il a ensuite fait un bref survol des réalisations de la République populaire de Chine au Sénégal. Ces dernières ont pour noms la construction d’un Musée des civilisations noires qui va rassembler toutes les facettes du monde noir dans un monde global. Mieux, ajoute-t-il, la construction d’une esplanade qui relie le Grand Théâtre et le Musée des civilisations noires. La construction d’un siège de l’Union africaine et une passerelle. Non sans manquer d’oublier tout ce que la Chine est en train de faire dans le domaine des infrastructures routières, médicales et sportives.
bseck@lequotien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here