PARTAGER

Le Covid-19 bouleverse notre mode de vie, chamboule nos pratiques religieuses. Pour la première fois dans sa longue histoire, il n’y a pas eu l’appel du muezzin, ni prière à la Grande mosquée de Dakar. Sur place, ça sonne creux à cause de l’arrêté du ministre de l’Intérieur qui a interdit la prière hebdomadaire du vendredi dans toutes les mosquées dakaroises. Inédit !
A l’heure de la prière, il y avait devant la grande porte un léger dispositif sécuritaire : Un véhicule de la police stationné à l’entrée avec 4 éléments à bord. Le décor extérieur n’a pas néanmoins changé. Les mendiants squattent les lieux fermés aux fidèles. Croisés sur le chemin de la mosquée, deux fidèles affirment qu’ils n’étaient pas au courant de la mesure prise par l’autorité. Arrivés sur place, ils étaient obligés de rebrousser chemin. A l’intérieur de la mosquée, Mor Ndiaye est assis à même le sol devant la porte d’entrée fermée à double tour comme toutes les portes d’ailleurs. Fer­railleur, originaire du département de Linguère, il vient de Rebeuss, un quartier non loin de là. Ensuite, quelques fidèles venus un à un sont retournés après renseignement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here