PARTAGER

Le Syndicat des travailleurs de la justice n’entend pas baisser les bras dans sa lutte pour l’amélioration de ses conditions de travail. Après la grève de 72 heures qu’ils ont observée la semaine dernière, les greffiers ont remis hier le couvercle. Ils ont décrété une grève de 48 heures renouvelables à compter d’aujourd’hui pour exiger «la prise en compte sérieuse et la satisfaction totale des doléances basiques des travailleurs de la justice». Cette radicalisation, poursuivent les membres Sytjust, «est la conséquence logique d’absence de réaction adéquate du gouvernement face à la démarche responsable adoptée par le Sytjust quatre ans durant». En déplorant «le manque d’intérêt affiché par les ministres en charge de la Justice, des Finances, du Budget et  de la Fonction publique dans la mise en œuvre des engagements fermes et solennels de son Excellence Monsieur le Président de la République à prendre en charge les doléances légitimes des travailleurs de la Justice», ils ont décidé de corser la lutte jusqu’à ce qu’ils obtiennent gain de cause. «La sortie de crise du secteur de la Justice passera inéluctablement par une matérialisation des engagements du chef de l’Etat», précisent-ils dans un communiqué.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here