PARTAGER

Deux prétendants pour une seule place au trône du Saloum. C’est la lecture que l’on peut faire à la suite de la querelle de succession qui règne actuellement dans cette partie du pays. Tentative d’explications avec Maurice Ndéné Warore. Le président de la commission scientifique du Penccum Saloum reconnaît Thierno Ndaw comme son roi pendant que Babacar Mbodj, Buur Gandiaye, affirme de son côté que Guédel Mbodj est l’unique Buur Saloum.

A l’instar de Dakar qui a à sa tête deux Grands Serigne, le Saloum est en passe d’avoir deux Buur. Après l’intronisation de Guédel Mbodj le 14 mai passé, ce fut dimanche dernier au tour de Thierno Ndaw d’accéder au trône. Tout comme Guédel Mbodj, Thierno Ndaw a aussi eu droit à une cérémonie à la même place publique de Kahone. Dès lors qu’il y a une place pour 2 prétendants, il est légitime de se demander qui des 2 cités doit être reconnu Buur Saloum. Pour Babacar Mbodj, le Buur Gan­diaye qui se présente comme étant «membre du collège électoral», il n’y a aucun doute : «Guédel Mbodj est le 52ème Buur Saloum.» Ce que réfute Maurice Ndéné Warore qui croit dur comme fer que c’est «Thier­no Ndaw le Buur Saloum». Parce que, explique-t-il : «C’est le mâle le plus âgé de la branche maternelle des Guelwar qui doit devenir Buur. Il peut ainsi être le jeune frère du défunt roi, son grand frère, son cousin ou son neveu, et même son petit-fils. Mais toujours du côté maternel, donc être un Guelwar», renseigne-t-il.
Maurice Ndéné Warore précise : «Au Saloum le matriarcat était de rigueur. La condition sine qua none pour être candidat au trône du Saloum est donc d’être Guelwar (Kelwar en serer). Donc aucune candidature ne remplissant pas cette con­dition ne saurait être acceptée par l’assemblée des électeurs. Tous les prétendants au trô­ne remplissant cette condition sont départagés, en référence à d’autres critères comme la bravoure, l’ouverture d’es­prit, un tempérament modéré etc.» Par conséquent, croit-il savoir, Thier­no Ndaw «est le Buur Saloum» car, poursuit-il, sa mère est «Coumba Daga Mbodj, fille de la princesse Nguenar Diouf qui est la maman de Yacine Coura Thiaka Thiaw». De son côté, Babacar Mbodj, Buur Gandiaye, mentionne que Guédel Mbodj a été choisi par le collège électoral dont il est comme «membre» et que ce sont ceux qui doivent désigner en l’occurrence : Buur Gandiaye, Beuleul Ndou­kou­mane Souley­mane Ndao, Buur Diony Doudou Fara Mbodj, Boumi Kadjemor Djim Ndiaye et le Jaaraf du Saloum Fodé Hya­cinthe Ndour, du collège électoral qui l’ont élu avec l’aval des habitants de Saloum. «On a respecté la tradition», avait-il précisé.
Il faut rappeler qu’après le décès du précédent Buur en janvier, le Jaaraf de Saloum a assuré l’intérim pendant 3 mois. Après, il a convoqué les chefs de provinces, les seuls habilités à élire le Buur, les membres de la Cour qu’on appelle Bissic et Khanlandou, le chargé de la communication pour désigner le nouveau Buur. «Après avoir vérifié sa lignée, on s’est rendu compte que Guédel Mbodj est éligible. Il faut noter que le règne est à vie, mais si l’on constate qu’il n’est plus capable de continuer sa mission, on déclenche le processus appelé Djinn à l’issu duquel le Buur est destitué. Il n’y a pas de dissidence parce que seul le collège est habilité à élire le Buur», éclaircit-il. Et pour clore toute polémique, il insiste : «Nous avons choisi Guédel Mbodj.»
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here